Accéder au contenu principal
Pologne

[Reportage] Viande avariée polonaise: que se passait-il à l'abattoir de Kalinowo?

Une vue de l'abattoir Elkopol, à Kalinowo, dans le nord-est de la Pologne.
Une vue de l'abattoir Elkopol, à Kalinowo, dans le nord-est de la Pologne. Janek SKARZYNSKI / AF
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Tout est parti d'un film tourné pendant trois semaines, en caméra cachée, par un journaliste d'une chaîne polonaise qui a réussi à se faire embaucher dans un petit abattoir du nord-est de la Pologne, à Kalinowo. Ce nouveau scandale alimentaire touche la moitié de l'UE.

Publicité

A Kalinowo, tout le monde passe devant l’abattoir Elkopol, rapporte notre envoyé spécial sur place Thomas Giraudeau. Il est au bord de la route principale traversant le petit village. Le portail et les bâtiments sont fermés, comme les portes des maisons. Un seul habitant nous accueille chez lui. Il dénonce un reportage à charge : « C’est une manipulation. L’abattoir prenait aussi des vaches saines, qui n'étaient pas malades. Pourquoi les images ne montrent-elles pas cela aussi ? J’ai un ami éleveur. Il a vendu 40 bêtes en parfaite santé à cet abattoir. Je regrette vraiment que l’établissement ait fermé. »

Que montraient les images tournées par un journaliste de la chaîne privée TVN24 ? En journée, l’abattoir fonctionnait normalement. En revanche, la nuit on y acheminait des vaches dans un état déplorable, incapables de tenir debout. Elles étaient traînées par terre à l’aide d’un treuil avant d’être tuées. Ensuite, les employés devaient découper de la carcasse toutes les preuves de mauvaise santé. Aucun vétérinaire n’était présent durant tout le processus.

Inquiétude dans le secteur

Dans la ville la plus proche, les habitants sont, eux, beaucoup plus marqués par la violence des images diffusées. « Je suis vraiment choquée, dit Ewelina, pharmacienne. J’ai vu le reportage il y a trois jours et je ne m’en remets toujours pas. C’est horrible de traiter les animaux comme ça. Et puis on l’a mangé cette viande, c’est vraiment dégueulasse. Ça se passe juste à côté de chez moi et ça dure sûrement depuis des années. »

A l’extérieur, Grzegorz, un jeune papa, s’inquiète pour sa santé, et celle de son nourrisson : « J’ai découvert les images sur internet, c’est vraiment horrible. J'ai un enfant en bas âge. Il a à peine un an. Et j'ai vraiment peur qu'il ait mangé de la viande avariée. Je crois qu’avec ma femme, nous allons changer d'alimentation. J'en ai marre de la viande. »

Pour tous les habitants rencontrés, le problème n’est pas isolé. En 2013, déjà, un autre abattoir polonais avait été épinglé pour avoir abattu des bêtes malades.

800 kg en France, 500 détruits

Cette viande a été vendue dans plusieurs dizaines de points de distributions en Pologne. On sait également que des enfants en ont consommé à la cantine dans des écoles slovaques.

En tout, 2,7 tonnes ont été exportées dans treize de pays de l’Union européenne dont la France. Dans l'Hexagone, les services sanitaires ont découvert près de 800 kg de cette viande frauduleuse, a annoncé vendredi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, estimant que les entreprises françaises avaient été « dupées ». Si environ 500 kg ont été récupérés et détruits, 150 kg « ont été vendus au consommateur via notamment des boucheries », a indiqué vendredi soir le ministère. Les services sanitaires français recherchent encore les 150 kg restants.

L'émotion en France est d'autant plus grande que s'y déroule actuellement le procès des « lasagnes au cheval », une fraude portant sur 500 tonnes de viande de cheval, achetée notamment en Roumanie via les Pays-Bas et vendue frauduleusement comme étant du boeuf par une entreprise française.

Des conséquences dommageables pour l'image du pays

Les autorités polonaises prétendent que cette viande ne présente pas de danger pour la santé. Néanmoins, les conséquences risquent d’être graves pour le pays. La Pologne est en effet le deuxième exportateur de viande bovine au sein de l’Union européenne et elle exporte également des milliers de tonnes sur d’autres continents. Au total, plus de 80% de sa production part à l’étranger ! Cette affaire est donc catastrophique pour sa réputation.

Le ministre de l’Agriculture polonais a avoué que les millions d’euros dépensés pour promouvoir la viande bovine polonaise aux quatre coins du monde sont partis en fumée et qu’il fallait recommencer de zéro.

Depuis l’éclatement du scandale, les prix du boeuf dans le pays ont chuté de près de 8%. L’Association polonaise de producteurs de bétail à viande est très inquiète. Tout comme le ministre de l’Agriculture, elle estime que le reportage montre un cas isolé et que toute cette affaire prend une ampleur démesurée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.