Royaume-Uni

Royaume-Uni: quand le scandale de la génération Windrush refait surface

Sajid Javid, ministre de l'Intérieur britannique a remplacé Amber Rudd, qui a démissionné en avril 2018, emportée par l'affaire « Windrush ».
Sajid Javid, ministre de l'Intérieur britannique a remplacé Amber Rudd, qui a démissionné en avril 2018, emportée par l'affaire « Windrush ». REUTERS/Toby Melville

Le ministère de l’intérieur britannique, Sajid Javid, est à nouveau montré du doigt alors que les services d’immigration ont prévu d’expulser vers la Jamaïque une cinquantaine de personnes bien que leurs dossiers de régularisation de citoyenneté britannique soient encore en cours d’examen. Le scandale de la génération Windrush, des immigrés et leurs descendants arrivés des Caraïbes à la demande des autorités britanniques à partir des années 1950, continue de faire parler de lui.

Publicité

De notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Pris à partie à la Chambre des communes, le ministre de l’Intérieur Sajid Javid a tenté de justifier l’expulsion programmée dans les prochains jours d’une cinquantaine de personnes vers la Jamaïque en affirmant qu’il s’agissait de ressortissants étrangers ayant commis de graves délits. Mais les associations et cabinets d’avocats qui font campagne en faveur des descendants de ce qu’on appelle la génération Windrush ont fait valoir que plusieurs d'entre eux étaient nés au Royaume-Uni et ont immédiatement accusé le gouvernement de continuer à mener une politique d'immigration volontairement hostile.

Les Windrush sont des immigrés et leurs descendants arrivés des Caraïbes au Royaume-Uni à la demande des autorités britanniques pour y travailler et combler la pénurie de main-d’œuvre à partir des années 1950. Installés légalement dans le pays et autorisés à y rester indéfiniment, ils sont menacés par un durcissement de la législation sur l’immigration et nombre d’entre eux ont perdu leur emploi, leur logement et droits sociaux.

Le scandale a obligé Theresa May à mettre en place un programme pour régulariser la situation de milliers de citoyens. Néanmoins le gouvernement est accusé de ne pas respecter ses promesses en poursuivant les expulsions sans attendre l’examen de leurs demandes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail