Accéder au contenu principal
Hongrie/Etats-Unis

Hongrie: à Budapest, Pompeo met en garde contre l’influence russe et chinoise

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo reçu par le ministre des Affaires étrangères et du Commerce hongrois, Peter Szijjarto à Budapest, en Hongrie, le 11 février 2019.
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo reçu par le ministre des Affaires étrangères et du Commerce hongrois, Peter Szijjarto à Budapest, en Hongrie, le 11 février 2019. Attila Kisbenedek/Pool via Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo était en visite officielle lundi 11 février à Budapest. Il a mis en garde le gouvernement hongrois contre l’influence croissante de la Russie et de la Chine en Hongrie. Les relations entre les Etats-Unis et la Hongrie s’étaient réchauffées après l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Le Premier ministre hongrois avait déclaré que le président américain était une icône pour les souverainistes. Mais voilà, depuis 2014 Orban ne cesse de prôner « l’ouverture à l’Est » de son pays.

Publicité

Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

Mike Pompeo n’a pas mâché ses mots. « Les Russes et les Chinois ont fini par obtenir plus d’influence ici, or ils ne partagent en rien les idéaux américains qui nous tiennent tant à cœur », a déclaré à Budapest le secrétaire d’Etat américain.

Washington s’alarme de la pénétration chinoise en Hongrie. Pour exemple, l’accord récent entre Budapest et le géant chinois des télécoms Huawei, qui va développer le réseau 5G en Hongrie. L’administration américaine soupçonne l’opérateur chinois d’espionner au profit de Pékin.

Washington s’inquiète également du rapprochement de Viktor Orban avec Vladimir Poutine. Les deux hommes se voient régulièrement et le Premier ministre hongrois est un fervent partisan des deux projets de gazoducs russes, Nordstream et Turkstream. Mais pour Washington, la Russie est une pieuvre énergétique qui cannibalise le marché européen, au détriment des producteurs américains de gaz.

Mike Pompeo a terminé sa visite par un dîner en tête à tête avec Viktor Orban. Rien n’a filtré de cet entretien, mais selon un diplomate américain, la Hongrie devient un allié de plus en plus imprévisible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.