Allemagne / Sécurité

Conférence de Munich: le rôle de l'Europe en débat

Le président de la conférence de Munich sur la sécurité, Wolgang Ischinger (notre photo). L'homme l’a ouverte revêtu d’un pull à capuche frappé des étoiles européennes, ce 15 février 2019.
Le président de la conférence de Munich sur la sécurité, Wolgang Ischinger (notre photo). L'homme l’a ouverte revêtu d’un pull à capuche frappé des étoiles européennes, ce 15 février 2019. REUTERS/Andreas Gebert

Le gratin de la politique internationale -une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement et plusieurs de dizaines de ministres du monde entier- est réuni depuis hier à Munich où se tient la conférence sur la sécurité. La première journée a été essentiellement consacrée à l'avenir de la relation transatlantique et au rôle de l'Europe dans une période remplie d'incertidudes.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Munich, Pascal Thibaut

C’est un peu une conférence sur l’insécurité qui se tient ce week-end à Munich.

Alors que les relations transatlantiques sont chahutées et que le traité de désarmement sur les missiles à portée intermédiaire a été suspendu (INF), on essaie de se rassurer. Soit en plaidant pour une Europe plus forte. Le président de la conférence Wolgang Ischinger l’a ouverte revêtu d’un pull à capuche frappé des étoiles européennes. Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian a rappelé que l’Europe était déjà plus souveraine.

Les mérites de l'Alliance

D’autres rappellent les mérites de l’Alliance atlantique malgré les attaques du président américain. Son secrétaire général Jens Stoltenberg a martelé combien Donald Trump y était attaché et souligné que l’Otan était mieux dotée face aux nouvelles menaces.

« Aujourd’hui, les tensions augmentent. Et pour la première fois depuis des années nous avons procédé à une augmentation significative de nos budgets militaires », a déclaré secrétaire général Jens Stoltenberg.

La ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen qui ouvrait la conférence a abondé en ce sens. Elle a reconnu que les demandes des Etats-Unis en faveur d’un effort plus important des Européens étaient justifiées.  Berlin souvent attaqué par Washington augmente son budget de la Défense mais insuffisamment pour Washington.

« Nous devons faire plus »

« Nous, les Européens, devons faire plus. L’appel des Etats-Unis à un meilleur équilibre dans le financement de l’Otan – je le connais depuis des années - est légitime » a déclaré la ministre allemande de la Défense.

Le vice-président américain Mike Pence va répondre ce samedi matin aux déclarations des Européens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail