Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Royaume-Uni: la jihadiste Shamima Begum déchue de sa nationalité

Renu, grande sœur de Shamima Begum, tenant une photo de sa cadette en 2015.
Renu, grande sœur de Shamima Begum, tenant une photo de sa cadette en 2015. LAURA LEAN / POOL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Londres a décidé de retirer sa nationalité britannique à Shamima Begum, cette jeune fille qui avait rejoint le groupe Etat islamique en Syrie à l’âge de 15 ans et souhaite désormais rentrer au Royaume-Uni. Sa famille entend examiner toutes les voies légales pour contester cette décision.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Le sort de Shamima Begum divise les Britanniques . La jeune femme, aujourd’hui âgée de 19 ans, a perdu ses deux premiers enfants de maladie et réclame de la compassion pour retourner à Londres. Mais ses déclarations sans état d’âme sur l’attentat de Manchester « en représailles », selon elle, aux attaques contre le groupe Etat islamique - qu’elle dit ne pas regretter d’avoir rejoint -, ont provoqué un tollé au Royaume-Uni et retournent l’opinion contre elle.

Parade légale

Sous une intense pression, le ministre de l’Intérieur avait déjà exclu son retour. Sajid Javid a désormais trouvé une parade légale et a déchu Shamima Begum de sa nationalité britannique. Le Home Office, le ministère de l'Intérieur outre-Manche a, en effet, le pouvoir de retirer à un citoyen sa nationalité s’il estime que la décision relève de l’intérêt général et à condition qu’elle ne le rende pas apatride.

Shamima Begum a des origines bangladaises mais affirme ne pas avoir de passeport et n’être jamais allée au Bangladesh où sa famille n’a plus aucun lien de parenté. La situation pour le bébé dont elle vient d’accoucher est encore plus compliquée : le père étant Néerlandais, l’enfant peut en théorie posséder les trois nationalités.

Vers une procédure en appel

La famille de Shamima Begum a l’intention de faire appel. Une procédure qui pourrait s’avérer très longue et implique qu’en attendant la jeune femme resterait cantonnée dans le camp de réfugiés du nord-est syrien où elle se trouve actuellement comme des centaines de proches de jihadistes du groupe Etat islamique ayant fui les combats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.