Brexit / Royaume-Uni

Brexit: May promet un nouveau vote du Parlement britannique d'ici le 12 mars

En fixant un nouveau vote sur l'accord de Brexit avant le 12 mars, Theresa May accule un Parlement britannique indécis.
En fixant un nouveau vote sur l'accord de Brexit avant le 12 mars, Theresa May accule un Parlement britannique indécis. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

La Première ministre britannique Theresa May a promis ce dimanche 24 février la tenue d'un vote des députés britanniques sur l'accord de Brexit « d'ici au 12 mars ». Un délai très critiqué.

Publicité

Theresa May avait prévenu : ce sera son accord, une sortie sans accord ou pas de Brexit du tout. Sous pression pour repousser la date de sortie de l'Union européenne fixée au 29 mars, la Première ministre britannique a décidé d’acculer un Parlement indécis. Les députés devront se décider le 12 mars au plus tard. Si l’accord que Theresa May a négocié avec les Vingt-Sept n’est pas adopté par une majorité d’entre eux, le Royaume-Uni risque de sortir de l’UE sans accord.

Theresa May joue clairement la montre mais à Westminster de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette stratégie. Une éventualité qui divise au sein du parti conservateur et du gouvernement: trois  ministres viennent d’annoncer qu’ils s’apprêtent à voter en faveur d’une extension de l’article 50, c’est-à-dire d'un délai supplémentaire. « C’est un chantage sur le Brexit » affirme la députée Sarah Wollaston qui, avec deux autres collègues, a quitté la semaine dernière le groupe conservateur pour rejoindre des élus indépendants à la Chambre des communes.

« La décision de repousser une nouvelle fois ce vote significatif est le summum de l'irresponsabilité », dénonce pour sa part Keir Starmer, chargé du Brexit au sein du Parti travailliste.

Theresa May espère toujours obtenir de ses collègues européens un assouplissement de leur position sur le contrôle de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. La chef du gouvernement a précisé que les négociateurs britanniques retourneraient à Bruxelles mardi. Le chef de file de l'opposition Jeremy Corbyn veut quant à lui renégocier l'accord de Brexit avec l'Union européenne s'il arrive au pouvoir et n’écarte pas l’éventualité d’un nouveau référendum qui permettrait aux Britanniques de trancher.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail