Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / Brexit

Brexit: le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May

John Bercow, président de la Chambre des communes (photo d'archives).
John Bercow, président de la Chambre des communes (photo d'archives). (Photo: Reuters)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Royaume-Uni, le président de la Chambre des communes John Bercow a fait savoir que le gouvernement britannique ne pourra pas soumettre une nouvelle fois au vote des députés son accord de Brexit sans y apporter de changement substantiel.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Le Speaker, le président de la Chambre des communes, vient de lancer un énorme pavé dans la mare du Brexit en exhumant une convention parlementaire datant de 1604 selon laquelle le gouvernement ne peut pas demander aux députés de voter deux fois de suite sur le même texte.

John Bercow contrarie ainsi brutalement les plans de Theresa May qui s’apprêtait à solliciter à nouveau le Parlement après deux échecs cuisants et alors qu’elle est actuellement en pleines discussions avec différents groupes de rebelles brexiters pour les convaincre de soutenir son accord de divorce avant le sommet européen de jeudi à Bruxelles.

Comme si la situation n’était déjà pas assez compliquée pour elle, la Première ministre se retrouve face à un nouveau casse-tête ce lundi 18 mars au soir et va devoir trouver un moyen de modifier son texte. Mais il est possible qu’on s’achemine tout droit vers une crise constitutionnelle si le gouvernement s’engage dans un bras de fer avec les gardiens de la Chambre des communes, en essayant par exemple de soumettre une motion demandant à suspendre, vu les circonstances exceptionnelles, les règles existantes.

Mais, pour l’instant, on ne sait pas comment va répondre le gouvernement dont un porte-parole a refusé de commenter la décision du Speaker et il est clair que Theresa May doit activement échafauder un plan pour contourner cette nouvelle difficulté.

Bercow joue un rôle non négligeable depuis quelques semaines...

Analyse de Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique contemporaine à l'Université Paris III

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.