Allemagne / Élections européennes 2019

Allemagne: le parti d’extrême droite AfD entre en campagne pour les Européennes

Alexander Gauland, le numéro deux du parti AfD, s'adresse à ses partisans lors du lancement de la campagne de son parti pour les Européennes, le 6 avril, à Offenbourg.
Alexander Gauland, le numéro deux du parti AfD, s'adresse à ses partisans lors du lancement de la campagne de son parti pour les Européennes, le 6 avril, à Offenbourg. Fabian Sommer / dpa / AFP

A un mois et demi des élections européennes, les partis se mettent en ordre de marche. C'est aussi le cas des formations de la droite populiste et de l'extrême droite. Certains de ses dirigeants se retrouveront lundi à Milan autour du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. Parmi eux, le président de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) qui lançait sa campagne pour les Européennes ce samedi 6 avril à Offenbourg.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Le réalisme a succédé à l’euphorie. Il y a quelques semaines encore, l’AfD forte de bons sondages se voyait déjà faire une percée aux Européennes et rejoindre une large alliance de l’extrême droite sur le vieux continent.

À un mois et demi du scrutin, la situation est moins favorable. L’Alternative pour Allemagne est créditée de 10% dans les sondages et reste en deçà de son score aux législatives de septembre 2017. Le soutien pour l’Europe traditionnellement élevé en Allemagne a augmenté.

Le programme de l’AfD demandant un Dexit, une sortie de la RFA de l’Union européenne si cette dernière n’est pas réformée radicalement d’ici 2024 pour se réduire à un espace économique, cette solution peut-elle convaincre les électeurs ?

Le parti est secoué par ailleurs par des affaires de financement occulte qui touchent également le président de l’AfD Jörg Meuthen qui emmène la liste du mouvement pour les Européennes du 26 mai.

Le magazine Der Spiegel titre ce samedi sur « Les marionnettes de Poutine » avec un dossier sur les liens de l’AfD avec Moscou.

Jörg Meuthen sera lundi à Milan pour retrouver le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini. Le patron de la Ligue veut lancer les bases d’une alliance avec d’autres forces populistes de droite. Mais sur la politique économique ou l’immigration, un accord avec l'Afd ne sera pas évident.

À (re) lire : Élections européennes: quatre questions pour comprendre le scrutin

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail