Accéder au contenu principal
Élections européennes

Élections européennes: LaREM et Les Républicains en campagne

Mercredi 17 avril, avant-dernière journée de session plénière du Parlement européen à Strasbourg avant les élections européennes. (Photo d'illustration)
Mercredi 17 avril, avant-dernière journée de session plénière du Parlement européen à Strasbourg avant les élections européennes. (Photo d'illustration) FREDERICK FLORIN / AFP
Texte par : RFI Suivre
6 mn

À trois semaines du scrutin, le sprint final est engagé pour les élections européennes du 26 mai prochain. Si du côté de la majorité, le Premier ministre Édouard Philippe a été appelé à la rescousse pour sauver le soldat Loiseau, en s’affichant avec elle lundi soir à Caen, à droite, la dynamique est bonne. Tous les sondages le disent : le parti de Laurent Wauquiez, s’il n’est que 3e, derrière LaREM et le RN, reprend des couleurs.

Publicité

Lors d'un meeting à Caen, devant quelque 500 partisans, l'ancienne ministre des Affaires européennes, promue tête de liste du parti présidentiel, a reçu un soutien de poids dans une campagne qui patine.

Face à une candidate qui, depuis son entrée en campagne, enchaîne les bourdes et les polémiques, le Premier ministre joue au coach personnel

Campagne pour les élections européennes: Édouard Philippe vole au secours de Nathalie Loiseau

Le gouvernement resserre les rangs autour de Nathalie Loiseau, en difficulté pour mener la campagne des élections européennes: Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, Sébastien Lecornu et Gabriel Attal sont sur la photo de famille à Caen, le 6 mai 2019.
Le gouvernement resserre les rangs autour de Nathalie Loiseau, en difficulté pour mener la campagne des élections européennes: Édouard Philippe, Muriel Pénicaud, Sébastien Lecornu et Gabriel Attal sont sur la photo de famille à Caen, le 6 mai 2019. DAMIEN MEYER / AFP

À Marseille, François-Xavier Bellamy est en confiance

Lundi soir toujours, à Marseille cette fois, la tête de liste du parti les Républicains, François-Xavier Bellamy, crédité d’autour de 14% des intentions de vote, a fait un tabac avec un discours ancré bien à droite. C'est le signe que le chef de file des républicains est en confiance.

C’est une salle debout qui accueille François-Xavier Bellamy ce lundi à Marseille: «On va gagner !», «On va gagner !»... Signe d’une campagne qui commence à prendre, le jeune professeur de philosophie, d’ordinaire si réservé, multiplie les plaisanteries

«On va gagner !»: François-Xavier Bellamy, le Versaillais en meeting à Marseille

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.