Europe

Européennes 2019: à Milan, le grand rendez-vous des partis nationalistes

Marine Le Pen et Matteo Salvini, en octobre 2018 à Rome.
Marine Le Pen et Matteo Salvini, en octobre 2018 à Rome. AFP
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Une semaine avant les européennes, les nationalistes se mettent en scène ce samedi 18 mai 2019 à Milan, à l’initiative du ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini. Au programme : un meeting commun en début d’après-midi place du Dôme, en plein centre du fief lombard de l’homme fort de la Ligue, en présence notamment de la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Milan, Anne Soetemondt

Ce sommet de l’extrême droite européenne, c’est du jamais-vu. On n’a jamais vu un rassemblement de cette nature dans une campagne européenne. Dans l'après-midi, sur la scène érigée sur la spectaculaire place du Dôme, vont se succéder les représentants de 12 partis d’extrême droite.

Matteo Salvini pour l’Italie, Marine Le Pen pour la France, mais aussi des représentants d'Allemagne, d’Autriche, des Pays-Bas, de Slovaquie, de République tchèque, de Finlande, d'Estonie, de Belgique, de Bulgarie… « Ecrivons l'histoire ensemble ! », peut-on lire sur les affiches de campagne de Matteo Salvini.

Ce qui est sûr, c’est que l’image de cette « internationale d’extrême droite » est destinée à marquer les esprits à huit jours du scrutin, à montrer que la dynamique est du côté nationaliste. Signe que si les nationalistes ont le vent en poupe, la Ligue pourrait, à en croire les sondages, faire élire 20 eurodéputés de plus.

Beaucoup de monde à Milan, mais aussi des absents

Matteo Salvini et Marine Le Pen ont sillonné l'Europe ces dernières semaines dans l'espoir de créer un grand groupe d'eurodéputés pour changer de l'intérieur le visage de l'Union européenne. L'Italien se rêve en capitaine des populistes à Strasbourg. Mais ce rêve peut-il se concrétiser ? Telle est la question.

Malgré le travail de fond mené depuis plusieurs mois par Marine Le Pen et Matteo Salvini, le Fidesz de Viktor Orban, Premier ministre hongrois, et le PiS polonais, brilleront par leur absence. Ces deux formations refusent de siéger au sein du futur Parlement de Strasbourg dans le grand groupe souhaité par le duo Ligue-RN.

Pas de divergence sur l’immigration, mais ça coince sur la sortie ou non de l'Union européenne, le protectionnisme économique ou le rapport avec la Russie. « Dillués dans différents groupes, ils ne réussiront pas à peser dans le futur Parlement », se rassurait-on aujourd'hui dans le camp de l'ennemi numéro un du camp nationaliste, Emmanuel Macron, à quelques heures de ce grand meeting.

Le fait que Matteo Salvini mette parmi ses priorités principales la relocalisation des migrants à travers l’Europe et les refoulements de la France à la frontière franco-italienne, Marine Le Pen prône exactement l’inverse, c'est-à-dire de continuer à refouler les migrants à la frontière franco-italienne, parce qu’on ne les veut pas chez nous. Donc on voit là toutes les limites d’une alliance qui, pour l’instant, est une alliance d’opportunité, de façade, mais qui ensuite se fracturera au lendemain des élections

Paolo Levi, correspondant à Paris pour le quotidien «La Stampa», évoque les rêves de «ligue des ligues» de Matteo Salvini

► À lire aussi : Matteo Salvini, le nouvel «ami sincère» de la Serbie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail