Accéder au contenu principal
Elections européennes

Européennes en Allemagne: percée des Verts, débâcle de la coalition au pouvoir

La co-président des Verts allemands, Annalena Baerbock, et Sven Giegold, tête de liste pour les européennes, ont savouré leurs bons résultats, dimanche 26 mai.
La co-président des Verts allemands, Annalena Baerbock, et Sven Giegold, tête de liste pour les européennes, ont savouré leurs bons résultats, dimanche 26 mai. Tobias SCHWARZ / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les élections européennes en Allemagne ont été marquées dimanche 26 mai par un recul sévère des partis au pouvoir, les chrétiens et les sociaux-démocrates, tandis que les Verts sont les grands vainqueurs du scrutin.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Les Verts s’attendaient à faire un bon score, mais ils restaient prudents. Dans le passé, les urnes n’avaient pas toujours confirmé les sondages. Dimanche, les écologistes ont été comblés avec près de 21% des voix, soit 10 points de plus par rapport aux européennes de 2014. De quoi parler d’un « Sunday for future ». C’est un résultat historique également car les Verts sont pour la première fois la deuxième force du pays devant les sociaux-démocrates.

« Cette élection décidait de l’avenir de l’Europe. Notre succès, ce sont autant de voix pour l’environnement, pour la démocratie, contre les populistes de droite, pour les droits de l’homme dans toute l’Europe », s’est félicité la co-présidente du parti Annalena Baerbock.

La grande coalition au pouvoir à Berlin est la victime du scrutin de dimanche. Les sociaux-démocrates atteignent 15,5%, un score historiquement bas qui va encore plus traumatiser un parti où beaucoup voit dans la grande coalition les raisons de son déclin.

Les conservateurs enregistrent également un score historiquement bas et passent sous la barre des 30%. Malgré tout, pour la présidente du parti chrétien-démocrate, ce score permet à la CDU d’arriver en tête et de défendre à nouveau son candidat pour la présidence de la Commission européenne.

« Manfred Weber est notre candidat et si les résultats confirment le Parti populaire européen comme le premier groupe au Parlement européen, il devra être nommé à la présidence de la Commission européenne », estime Annegret Kramp-Karrenbauer.

Mais le recul du Parti populaire européen au sein du nouveau Parlement et les oppositions de différents pays à Manfred Weber vont rendre sa candidature plus difficile.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.