Accéder au contenu principal
Hongrie

Parlement européen: le Fidesz du Hongrois Viktor Orban souhaite rester au PPE

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'une conférence de presse à Budapest, le 2 mai 2019.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'une conférence de presse à Budapest, le 2 mai 2019. REUTERS/Bernadett Szabo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ce n’est pas une surprise mais cette fois, c’est officiel : le Fidesz de Viktor Orban veut rester au sein de la droite européenne. C’est le ministre hongrois de la Justice, sur le départ car devenu eurodéputé, qui le dit dans une interview au journal « Le Figaro », ce lundi 10 juin.

Publicité

Laszlo Trocsanyi, le ministre hongrois de la Justice le dit sans laisser le moindre doute :  « Nous n’avons jamais voulu quitter le PPE. Nous y restons sans la moindre hésitation. » 

Viktor Orban avait pourtant bien soufflé le chaud et le froid. L'homme fort de la Hongrie s'était affiché pendant la campagne des européennes avec Matteo Salvini. Et il y a 10 jours encore, le Premier ministre hongrois déclarait : « Nous allons voir dans quelle direction va le PPE, s'il est compatible avec les intérêts de la Hongrie et du peuple hongrois. Si ce n'est pas le cas, nous rejoindrons une nouvelle formation. » 

Finies les menaces donc, et retour à la réalité aussi : un grand groupe nationaliste au Parlement européen, ça n’arrivera pas. D'autant qu'être membre de la droite européenne, c’est un brevet de respectabilité, une source d'influence aussi. Le parti reste le premier au Parlement.

Toujours suspendu

Sauf que ce retour est loin de susciter l’enthousiasme. Son timing surtout : affaibli, le PPE doit négocier pour les postes à répartir avec notamment les écologistes, le parti le plus sourcilleux sur l’Etat de droit. Pas vraiment le moment pour lui d'accueillir à bras ouverts le parti du très critiqué Viktor Orban.

Le Fidesz est toujours suspendu du PPE à la suite de dérapages contre Bruxelles ou sur le thème de l'immigration. Une enquête interne est en cours. La décision est attendue pour cet automne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.