Accéder au contenu principal
Allemagne / Immigration

Allemagne: deux maires pro-migrants menacés de mort

Un manifestant à Chemnitz, lors d'une manifestatoin d'extrême-droite, brandit une pancarte: «Qui n'aime pas l'Allemagne devrait quitter l'Allemagne», le 1er septembre 2018 (image d'illustration).
Un manifestant à Chemnitz, lors d'une manifestatoin d'extrême-droite, brandit une pancarte: «Qui n'aime pas l'Allemagne devrait quitter l'Allemagne», le 1er septembre 2018 (image d'illustration). REUTERS/Hannibal Hanschke
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les responsables politiques allemands considérés comme favorables aux migrants par l'extrême droite sont dans le collimateur de groupes xénophobes. Des menaces directes leur sont adressées comme viennent de le révéler deux maires déjà agressés physiquement dans le passé. Des informations préoccupantes alors qu'un responsable politique conservateur a été tué au début du mois et qu'un suspect au passé néonazi a été interpellé.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

« Des violences terroristes d’extrême droite sont dans le climat actuel de haine à tout moment possibles. » Pour Timo Reinfrank de la fondation Amadeu Antonio spécialisée dans la surveillance de l’extrême droite, l’heure est grave.

Des listes de responsables politiques circulent sur le net contre des élus en raison notamment de leurs positions favorables aux migrants. Sur le site « Nuremberg 2.0 », on recense tous ceux qui sont accusés de contribuer à l’islamisation systématique de l’Allemagne. Les réseaux sociaux relaient abondamment ces attaques ad hominem.

Après le meurtre au début du mois d’un responsable chrétien-démocrate et l’arrestation le week-end dernier d’un suspect au passé néonazi, deux maires allemands, déjà physiquement attaqués par des extrémistes de droite dans le passé, révèlent avoir reçu de nouvelles menaces. Par exemple, la mairesse de Cologne Henriette Reker grièvement blessée au couteau à l’automne 2015, année où l’Allemagne a accueilli plusieurs centaines de milliers de réfugiés.

Pour le président de l’association des villes allemandes, ces menaces constituent une stratégie de l’extrême-droite : « À partir du moment où tu prends des positions claires, tu es menacé. Nous avons dû nous habituer à ce genre de pratiques. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.