Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

Les policiers se tiennent sur l’un des véhicules blindés de l'armée après que les troupes impliquées dans le coup d'État se sont rendus sur le pont du Bosphore à Istanbul, le 16 juillet 2016.
Les policiers se tiennent sur l’un des véhicules blindés de l'armée après que les troupes impliquées dans le coup d'État se sont rendus sur le pont du Bosphore à Istanbul, le 16 juillet 2016. REUTERS/Murad Sezer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Turquie, un tribunal d’Ankara a rendu, ce jeudi 20 juin, son verdict contre 224 prévenus, dont une majorité de militaires, dans l'un des plus grands procès en lien avec le putsch manqué de juillet 2016. 151 peines de prison à vie ont été prononcées.

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Comme attendu, le verdict est sévère. C’est une longue succession de peines de prison pour presque tous les accusés. Dix-sept anciens hauts gradés de l’armée turque ont même écopé de la perpétuité incompressible 141 fois chacun.

Il s’agit des principaux membres du conseil dit « de la paix dans le pays », conseil militaire autoproclamé qui avait prétendu, la nuit de la tentative de putsch, agir au nom « de la démocratie, de la liberté d’expression et de l’État de droit ».

La justice les a reconnus coupables de la mort de 139 personnes, de tentative de coup d’État, de tentative de renversement de l’ordre constitutionnel et de tentative d’assassinat contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Parmi les condamnés figurent un ancien chef de l’armée de l’Air, le général Akin Öztürk, présenté pendant tout le procès comme le leader militaire du putsch, un ancien bras droit du chef d’état-major ou encore l’ancien aide de camp du président Erdogan.

Les dossiers de 13 accusés ont été dissociés, dont celui de Fethullah Gülen, ce prédicateur installé aux États-Unis considéré comme le commanditaire du coup d’État. Depuis bientôt trois ans, l’administration américaine refuse de donner suite aux demandes d’extradition des autorités turques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.