Turquie

Turquie: avec la victoire de l'opposition à Istanbul, une barrière est tombée

Dimanche 23 juin, c'était la fête dans le camp du vainqueur de l'élection municipale à Istanbul, Ekrem Imamoglu.
Dimanche 23 juin, c'était la fête dans le camp du vainqueur de l'élection municipale à Istanbul, Ekrem Imamoglu. REUTERS/Murad Sezer

Ce deuxième scrutin municipal fut le bon. Istanbul a basculé dans l'opposition après l'élection dimanche d'Ekrem Imamoglu. Ce dernier a remporté le scrutin avec 800 000 voix de plus que son adversaire de l'AKP, l’ancien Premier ministre Binali Yildirim, soutenu par le président Recep Tayyip Erdogan. Est-ce pour autant une nouvelle ère politique qui s'ouvre ? 

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer et notre envoyée spéciale, Anissa El Jabri

Ekrem Imamoglu l'a emporté dimanche 23 juin avec 54% des voix contre près 45% pour Binali Yildirim. Le taux de participation, 84%, est resté inchangé entre les deux scrutins, mais le candidat du pouvoir, Binali Yildirim, a perdu plus de 220 000 voix entre l’élection de mars et celle d’hier.

Non seulement l’AKP, le parti du président Erdogan, a échoué à mobiliser les électeurs déçus qui n’étaient pas allés voter la dernière fois mais il y a eu à l’évidence un report de voix important du pouvoir vers l’opposition.

Ekrem Imamolou a sans doute bénéficié du sentiment d’injustice qu’avait suscité très au-delà de son propre camp, l’invalidation de sa première victoire, le 31 mars dernier : sur les trente-neuf arrondissements d’Istanbul, treize ont basculé dans l’escarcelle de l’opposition entre les deux scrutins.

Elu maire, Ekrem Imamoglu a joué l’apaisement mais l'AKP, majoritaire au Conseil municipal, peut avoir la tentation de mener une guerre d’usure.

Une barrière psychologique vient de tomber

Pour cette opposition, qui depuis dix-sept ans enchaînait défaite sur défaite face à Recep Tayyip Erdogan, cette victoire signifie beaucoup plus que la prise d’une grande ville car elle casse le cercle vicieux du défaitisme, qui consistait à dire qu’en Turquie, quelle que soit l’élection, quelle que soit la campagne, à la fin c’est toujours Erdogan qui gagne.

À écouter aussi : « Une défaite de l’AKP pourrait marquer son déclin », selon Nicolas Monceau

Cette fois, l’opposition a vu que la victoire était possible et que Recep Tayyip Erdogan pouvait concéder une défaite. Cela peut paraître évident, mais après l’annulation du scrutin du 31 mars pour des motifs plus que douteux, beaucoup parmi les opposants se demandaient si le chef de l’État, en cas de défaite, n’allait pas trouver un prétexte pour faire invalider, une fois de plus, l’élection. La victoire sans appel de l’opposition ne lui en a pas laissé le choix.

En attendant, si le président Erdogan est fragilisé, la répression continue. Ce lundi en Turquie s’ouvrent deux procès, dont celui des manifestants de Gezi. Six ans après ce printemps contestataire, ils risquent la prison à vie.

« Istanbul a fait son choix »

La presse d’opposition dégaine les titres qu’elle rêvait d’imprimer depuis de longues années, rapporte notre correspondante, Anne Andlauer. La fin de la route est apparue, s’enthousiasme le quotidien de gauche Birgün. Sous-entendu, la défaite retentissante du parti au pouvoir à Istanbul marquerait le début de la fin pour le président Recep Tayyip Erdogan.

En première page de Cumhuriyet, porte-voix de l’opposition laïque, on célèbre « la victoire du peuple et la défaite (du régime) d’un seul homme ». Même son de cloche chez Sözcü, proche du CHP, le parti du vainqueur Ekrem Imamoglu, qui a choisi de mettre en Une la photo de son champion et en arrière-plan, celle de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République.

Les titres pro-Edogan, une fois n’est pas coutume, ont choisi la sobriété. « Istanbul a fait son choix », titre Yeni Safak. Exactement comme le journal Star, qui préfère mettre au premier plan le visage du président et de son candidat perdant plutôt que celle du nouveau maire.

Enfin le quotidien Karar, qui réunit dans ses colonnes et dans son lectorat des Turcs déçus du pouvoir, titre « Séisme dans les urnes ». On sait ce journal proche de l’ancien premier ministre Ahmet Davutoglu, qui travaille depuis des mois – avec d’autres anciennes figures mises à l’écart de l’AKP – à la fondation d’un nouveau parti. Les résultats de dimanche pourraient accélérer ce projet...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail