Royaume-Uni / Iran

L’Irano-Britannique emprisonnée à Téhéran cesse sa grève de la faim

Richard Ratcliffe, le mari de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, devant l'ambassade d'Iran à Londres, le 31 mars 2019.
Richard Ratcliffe, le mari de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, devant l'ambassade d'Iran à Londres, le 31 mars 2019. REUTERS/Simon Dawson

Nazanin Zaghari-Ratcliffe a mis fin à sa grève de la faim. Cette jeune femme irano-britannique est emprisonnée à Téhéran depuis 2016, accusée d’espionnage par le régime iranien. Elle avait arrêté de s’alimenter il y a quinze jours pour protester contre son incarcération à l’occasion du 5e anniversaire de sa fille.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

C’est Richard Ratcliffe, le mari de la jeune femme qui a annoncé la nouvelle. Lui aussi avait entamé une grève de la faim par solidarité devant l’ambassade iranienne à Londres pour une fois encore alerter les médias et maintenir la pression sur les autorités britanniques et tenter de résoudre le cas de son épouse, incarcérée depuis maintenant plus de trois ans à Téhéran.

Richard Ratcliffe s’est dit soulagé de la décision de sa femme et a expliqué qu’elle avait renoncé à poursuivre sa grève de la faim à cause de leur petite fille Gabriella qui vient d’avoir cinq ans ce mois-ci.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée en avril 2016 alors qu’elle quittait l’Iran après y avoir rendu visite à sa famille accompagnée de sa fille. Accusée d’avoir comploté pour renverser le régime iranien, la jeune femme a été condamnée à 5 ans de prison.

Son cas est une constante source de tension entre Téhéran et Londres qui demande sa libération immédiate et sans condition. Peu après sa condamnation, Boris Johnson, à l’époque chef de la diplomatie britannique, avait à tort déclaré que la jeune femme était journaliste et avait ainsi aggravé son cas aux yeux du régime iranien.

Unanimement critiqué pour cette bévue, Boris Johnson, désormais candidat au poste de Premier ministre, nie pourtant porter la moindre responsabilité dans l’exacerbation de la situation.

À lire aussi : Iran: trois jours de liberté pour une Irano-Britannique incarcérée depuis 2016

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail