Accéder au contenu principal
UE / Allemagne

Allemagne: le SPD va-t-il voter von der Leyen à la tête de la Commission?

Ursula von der Leyen doit convaincre 374 eurodéputés de voter pour elle à la Commission européenne.
Ursula von der Leyen doit convaincre 374 eurodéputés de voter pour elle à la Commission européenne. REUTERS/Francois Lenoir
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Le Parlement européen doit trancher ce mardi 16 juillet sur la nomination d'Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne. Les sociaux-démocrates allemands y sont farouchement opposés.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

C'est une caricature publiée dans la presse allemande qui montre des sociaux-démocrates préférer saborder la candidature d'Ursula von der Leyen après que leur candidat, le Néerlandais Frans Timmermans, a été écarté de la course à la présidence de la Commission européenne.

On y voit la ministre de la Défense, vêtue de la tenue de la Mannschaft, jongler avec un ballon aux couleurs de l'Europe, tandis qu'un joueur figurant le SPD fonce sur elle pour la tacler. « Elle ferait sûrement une bonne présidente de la Commission européenne, mais il n’y a pas de raison que les autres ne souffrent pas un peu aussi », songe-t-il.

La semaine dernière, les seize députés SPD au Parlement européen qui refusent de voter pour leur compatriote avaient distribué à leurs collègues un document en anglais dénonçant le bilan de la ministre de la Défense allemande. Le refus du SPD de soutenir la candidature d’Ursula von der Leyen avait obligé la chancelière Angela Merkel à s’abstenir au Conseil européen alors que 27 pays soutenaient la ministre allemande.

Ce mardi matin, la presse germanique s’interroge sur la politique du SPD. Parlant de « panique à un stade avancé », le quotidien Süddeutsche Zeitung estime que le parti, au point où il en est, aurait opté pour une stratégie destructive. Pour le Tagesspiegel de Berlin, le SPD est perçu comme un parti qui vote contre les intérêts allemands.

Chez les sociaux-démocrates à Berlin, certains vieux briscards retirés des affaires appellent leurs camarades à la raison. Le vice-président du Bundestag Thomas Oppermann est un des rares responsables actifs à oser appeler les eurodéputés à voter Von der Leyen.


Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement

Ursula von der Leyen a promis ce mardi 16 juillet, lors de son grand discours pour convaincre les eurodéputés, de faire du climat l'une des grandes priorités de son mandat si elle est élue.

En réponse à la forte mobilisation ces derniers mois des citoyens, en particulier des jeunes, pour l'environnement, elle a promis en ouverture de son discours un « green deal » pour l'UE dès les 100 premiers jours de son mandat, si elle est élue.

Notre défi le plus urgent est de préserver notre planète. C’est la plus grande responsabilité et la plus grande opportunité de notre temps

Ursula von der Leyen

Elle a confirmé son soutien à la neutralité carbone en 2050 qui sera inscrite dans la « première loi européenne sur le climat » et soutenu un objectif plus ambitieux de réduction des émissions CO2 de 50% en 2030, voire de 55%.

Elle a par ailleurs affirmé être « prête » à un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, actuellement fixée au 31 octobre, provoquant les huées des eurodéputés britanniques pro-Brexit. Elle a aussi promis une commission paritaire, un droit d'asile européen, la reconnaissance du droit d'initiative du Parlement européen, une convention pour l'avenir de l'Europe, un système de réassurance chômage européen pour aider les pays en crise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.