Accéder au contenu principal
Espagne

Espagne: le leader de Podemos Pablo Iglesias renonce à entrer au gouvernement

À gauche, Pedro Sanchez. À droite, Pblo Iglesias, le 7 mai 2019 à Dadrid.
À gauche, Pedro Sanchez. À droite, Pblo Iglesias, le 7 mai 2019 à Dadrid. REUTERS/Juan Medina/File Photo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le ciel politique espagnol s’éclaircit, à trois jours du débat d’investiture pour la présidence du gouvernement. En renonçant à faire lui-même partie de l’équipe ministérielle, le leader de Unidas Podemos (gauche alternative) permet d’envisager l’investiture du socialiste Pedro Sanchez et d'éviter ainsi une nouvelle convocation aux urnes. Une coalition de gauche pourrait prendre les rênes du pouvoir.

Publicité

Avec notre correspondante à Madrid,  Diane Cambon

Il aura fallu que la tête de file de Podemos, Pablo Iglesias, se sacrifie pour que les négociations avec les socialistes reprennent. Les prétentions du leader de la gauche alternative d’occuper le poste de numéro deux du futur gouvernement avaient provoqué le refus des socialistes, lesquels menaçaient de convoquer des nouvelles élections législatives cet automne. Une perspective que personne ne désire dans le fond, surtout pas la gauche.

L’investiture de Pedro Sanchez (Parti socialiste ouvrier espagnol, PSOE), semble désormais possible. En échange de son appui, Podemos a demandé d’entrer dans le gouvernement. Cette coalition serait une première. Podemos a sollicité les ministères du Travail et des Finances, mais la décision finale reviendra au noyau dur du PSOE. Pour certains barons du parti, la couleuvre est dure à avaler, même si M. Iglesias n’est plus en tête d’affiche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.