Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: Zelenskiy n’aura pas besoin de coalition pour gouverner

Le président Volodymyr Zelenskiy réagit aux premiers résultats dans son QG de campagne après les élections parlementaires à Kiev, Ukraine, le 21 juillet 2019.
Le président Volodymyr Zelenskiy réagit aux premiers résultats dans son QG de campagne après les élections parlementaires à Kiev, Ukraine, le 21 juillet 2019. REUTERS/Valentyn Ogirenko
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le parti Le Serviteur du peuple du président Volodymyr Zelenskiy est sorti grand gagnant des législatives anticipées du dimanche 21 juillet. Et le décompte des voix, selon un système mixte proportionnel et majoritaire, lui donne une majorité nette.

Publicité

Avec notre correspondant à  Kiev, Sébastien Gobert

Volodymyr Zelenskiy était encore un acteur il y a six mois. Il se voit maintenant remettre quasiment toutes les clés du pouvoir. Le chef du parti présidentiel, Dmytro Razumkov, cachait à peine sa joie à une conférence de presse ce lundi matin : « Ça ne sert plus à rien de parler de discussions en vue d’une coalition, merci beaucoup. »

Son parti n’existait pas il y a quatre mois, et il peut désormais former son propre gouvernement, sans compromis ni compromission. Dmytro Razumkov a ajouté qu’il restait ouvert au dialogue pour collaborer au sein du Parlement, notamment pour faire passer des amendements à la Constitution à la majorité des deux-tiers. Pour cela, le parti Le Serviteur du peuple a encore besoin de quelques voix.

De nombreux défis

Toujours est-il que Volodymyr Zelenskiy a les coudées franches pour mener sa politique, lutter contre la corruption, relancer des négociations de paix, moderniser l’économie, entreprendre une politique de privatisation ou encore lancer des réformes structurelles dans l’agriculture. Ce sont des changements très attendus, qui pourraient révolutionner ce pays post-soviétique.

►À lire aussi : Bonjour l'Europe - Ukraine : les enjeux des élections législatives anticipées

Mais Volodymyr Zelenskiy ne veut pas s’en tenir là dans sa conquête du pouvoir : il a déjà suggéré l’organisation d’élections locales anticipées en automne. Certains s’inquiètent d’une monopolisation du pouvoir au profit d’un seul parti. Mais il vaut mieux s’y préparer car l’Ukraine le découvre encore aujourd’hui : la vague Zelenskiy est bel et bien irrésistible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.