Accéder au contenu principal
Pologne

En Pologne, l'hommage polémique des nationalistes à l'Insurrection de Varsovie

A 17H00 (15H00 TU), l'heure du début de l'insurrection en 1944 (soulèvement à ne pas confondre avec celui du ghetto de Varsovie, écrasé en 1943), des milliers de personnes se sont rassemblées à Varsovie, le 1er août 2019.
A 17H00 (15H00 TU), l'heure du début de l'insurrection en 1944 (soulèvement à ne pas confondre avec celui du ghetto de Varsovie, écrasé en 1943), des milliers de personnes se sont rassemblées à Varsovie, le 1er août 2019. Agencja Gazeta/Slawomir Kaminski via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La Pologne commémorait ce jeudi 1er août les 75 ans de l'Insurrection de Varsovie. Mais une marche organisée par des mouvements nationalistes a fait polémique.

Publicité

Avec notre correspondant à Varsovie, Thomas Giraudeau

A l'été 1944, 50 000 Polonais avaient pris les armes contre l'occupant nazi à Varsovie. La rébellion avait été écrasée par les forces du Reich et la ville complètement détruite. Soixante-quinze ans plus tard, plusieurs manifestations ont rendu hommage ce jeudi au combat des insurgés.

A écouter: Pologne: les 75 ans de l'insurrection de Varsovie

Parmi elles, une marche organisée par des mouvements nationalistes. Tee-shirt frappé du mot « nationalisme » et brassard marqué de la Kotwica, symbole de l'Insurrection de Varsovie, Anna ne considère pas qu'associer des idées d'extrême droite à la résistance polonaise soit un problème. « Durant la guerre, il y avait des nationalistes dans la résistance. Ils se sont battus pour ce symbole, pour notre patrie. Et puis aujourd’hui, de toute façon, tout le monde l'utilise et le porte pour n’importe quelle raison », balaie-t-elle.

Sous une tente, les nationalistes vendent tee-shirts, casquettes à l’effigie de la Kotwica. « C’est un symbole qui appartient à tous les Polonais. N’importe qui peut le porter. Mais il y a des situations où des organisations abusent de son usage. Par exemple les associations LGBT en mettant la Kotwica sur des drapeaux arc-en-ciel », critique Pawel Kryszczak, un des organisateurs de la marche.

A la tribune justement, les discours prônent la lutte contre l’idéologie LGBT qui envahirait la Pologne. Mieczyslaw Siudek, lui, est affligé. Il lutte contre l’appropriation de la Kotwica par les nationalistes. « Maintenant, la mémoire du soulèvement se dirige progressivement vers les organisations fascistes, se désole-t-il. Tous ces gens profanent cette histoire. Nous, nous disons qu’il n’y a pas de place pour la haine dans la mémoire de l’Insurrection. »

En opposition aux chants nationalistes, plusieurs centaines de personnes ont participé en parallèle à une marche du silence pour rendre hommage, sobrement, aux héros de l’Insurrection.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.