Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / États-Unis

Londres va participer à la mission américaine de sécurité maritime dans le Golfe

Des tankers sur le détroit d'Ormuz, le 21 décembre 2018. Une région par laquelle transite un tiers du pétrole mondial acheminé par voie maritime (image d'illustration).
Des tankers sur le détroit d'Ormuz, le 21 décembre 2018. Une région par laquelle transite un tiers du pétrole mondial acheminé par voie maritime (image d'illustration). REUTERS/Hamad I Mohammed
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Le Royaume-Uni a annoncé lundi 5 août qu'il allait participer à une « nouvelle mission de sécurité maritime internationale » aux côtés des États-Unis afin de protéger les navires marchands dans le détroit d'Ormuz, une région stratégique au cœur de tensions avec l’Iran. La République islamique d’Iran a annoncé dimanche avoir saisi un pétrolier étranger dans le Golfe, le troisième en moins de trois mois.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres,  Marina Daras

Le gouvernement britannique avait jusqu’alors défendu aux côtés de l’Allemagne et de la France l’accord sur le nucléaire iranien, un accord que Donald Trump avait décidé de renier en mai 2018, et qui est en partie à l’origine de tensions avec l’Iran.

Mais ces tensions se sont intensifiées ces dernières semaines en réponse à l'arraisonnement par les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique iranienne, d'un pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz, une région par laquelle transite un tiers du pétrole mondial acheminé par voie maritime.

Londres avait déjà décidé de mobiliser la Royal Navy afin d’escorter les navires civils battant pavillon britannique dans le Golfe mais le nouveau gouvernement de Boris Johnson a préféré se joindre aux États-Unis plutôt qu’aux Européens pour assurer la protection de ses navires.

La Grande-Bretagne affirme qu'elle reste déterminée, avec ses alliés de l'UE, à maintenir l'accord nucléaire iranien contrairement aux États-Unis. Mais ce revirement de situation pourrait être interprété par l'Iran comme une provocation de la part des Britanniques.

À lire aussi : Sécuriser le détroit d’Ormuz: une mission impossible?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.