Accéder au contenu principal
Migrants

Des migrants blessés à la frontière entre la Bosnie et la Croatie

Des gardes-frontière bosniens et croates face à des migrants, à Maljevac, le 24 octobre 2018 (image d'illustration).
Des gardes-frontière bosniens et croates face à des migrants, à Maljevac, le 24 octobre 2018 (image d'illustration). REUTERS/Marko Djurica
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dix-huit migrants ont été découverts blessés à la frontière entre la Bosnie et la Croatie ce mercredi 7 août. Ils ont été admis dans un dispensaire, certains transférés à l'hôpital. La police des frontières est chargée de l'enquête. Les autorités ne fournissent pas de détails pour l'instant sur ce qui s'est passé près de Velika Kladusa, localité du nord-ouest de la Bosnie où des milliers de migrants sont regroupés, dans l'attente de passer la frontière vers la Croatie, pays de l'Union européenne. Les conditions de vie misérables rendent la situation tendue. Migrants et ONG témoignent régulièrement de refoulements violents faits par les forces de l'ordre de Croatie.

Publicité

Dix-huit blessés mercredi, deux morts le 1er août, dont un migrant qui s'était endormi épuisé sur les voies du chemin de fer, incendie accidentel d'un camp établi fin juin, sans compter les témoignages toujours nombreux de violences physiques infligées par la police croate lorsqu’elle refoule les migrants arrêtés sur son territoire. Les récits de drames se succèdent.

La situation n'est pas nouvelle : la Bosnie est devenue une route de transit des migrants vers l'Union européenne, l'an dernier 25 000 personnes sont entrées dans le pays, seules 3 000 y sont restées. Le nombre de migrants qui empruntent ce chemin augmente. D'après l'Organisation internationale des migrations, la semaine dernière 900 personnes sont arrivées dans le pays, soit le double de l'an passé sur la même période.

Et les passages vers la Croatie deviennent plus difficiles, ce qui allonge la durée de séjour en Bosnie. Le pays espère rejoindre l'an prochain l'espace Schengen, dont il ne fait pas encore partie. Le contrôle des frontières se durcit, mais dans l'illégalité : les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent les expulsions collectives, les renvois forcés violents, la violation des procédures du droit d'asile, et la passivité des gouvernements européens.

→ À (ré)écouter : Entre violences et désespoir, le quotidien des migrants oubliés en Bosnie-Herzégovine

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.