Accéder au contenu principal
Italie / Crise politique

Italie: le centre gauche et le M5S s'accordent sur un gouvernement Conte 2

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte après son discours de démission au Sénat, le 20 août 2019 à Rome.
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte après son discours de démission au Sénat, le 20 août 2019 à Rome. Andreas SOLARO / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après des jours de tractations remplis de suspense, le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate, première force de centre gauche, ont trouvé un accord politique pour tenter de former un gouvernement Conte bis clairement « anti-Salvini ». Giuseppe Conte a été convoqué par le chef de l’État Sergio Mattarella au palais du Quirinal ce jeudi 29 août, à 9h30.

Publicité

Avec notre correspondance à Rome, Anne Le Nir

Il n'y a plus de suspense. Giuseppe Conte devrait être reconduit au poste de Premier ministre par le président italien Sergio Matarella sur indication du Mouvement 5 étoiles (M5S) et avec le feu vert du Parti démocrate (PD). Cette alliance inédite entre le M5S, qui se définit comme « post-idéologique », et les sociaux-démocrates, était l’unique alternative à des élections anticipées qui auraient ouvert une voie royale à l’extrême droite de Matteo Salvini.

Un « accord politique a été trouvé avec le PD » pour former une nouvelle majorité de gouvernement, a annoncé mercredi soir le chef du M5S, Luigi Di Maio, après avoir rencontré le président Sergio Mattarella.

« Nous aimons l'Italie et nous croyons qu'elle vaut la peine de tenter cette expérience », a déclaré Nicola Zingaretti, le chef du Parti démocrate.

Nicola Zingaretti, chef du Parti démocrate italien

« Nous avons pris des engagements devant les Italiens, comme celui de ne pas augmenter la TVA d'ici la fin de l'année, a de son côté justifié Luigi Di Maio, le chef du M5S. Eh bien, ces engagements, nous voulons les honorer coûte que coûte. »

« Nous avons pris des engagements devant les Italiens, comme celui de ne pas augmenter la TVA d'ici la fin de l'année. Eh bien, ces engagements, nous voulons les honorer coûte que coûte. »

Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 étoiles

S'il ne le cite pas, c'est bien à Matteo Salvini, le patron de la Ligue, accusé d'avoir volontairement déclenché la crise politique italienne, qu'il s'adresse. « Elle a été provoquée par une force politique qui a fait voler en éclat le gouvernement de Giuseppe Conte, qui a décidé de tout faire sauter, alors que les Italiens avaient voté en 2018 pour que l'on résolve leurs problèmes, pas ceux de tel ou tel parti. En politique, il y a toujours deux catégories de personnes : ceux qui la font et ceux qui en profitent », lance Luigi Di Maio.

Réponse de Matteo Salvini : l'alliance entre le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate, la reconduction de Giuseppe Conte… C'est une vaste blague. « L'idée, ils ont dû l'avoir à Biarritz, sur proposition de Paris, Berlin et Bruxelles, ironise-t-il. Conte, c'est quelqu'un qui a fait du mal à l'Italie, à son peuple, à son gouvernement qui était en train de rendre orgueil, dignité, souveraineté et futur aux familles et aux entreprises italiennes. »

Le chef de file de l'extrême droite italienne réclame des élections législatives. « Que ce soit dans deux, trois ou six mois, dit-il, nous l'emporterons. »

Les prochains défis : le programme et la composition du gouvernement

Giuseppe Conte sera l’homme-orchestre des prochaines étapes pour faire naître le nouveau gouvernement. Il faudra définir un programme politique europhile en rupture avec celui du gouvernement précédent. Un point non négociable pour le leader du Parti démocrate Nicola Zingaretti.

Il faudra aussi trouver une entente sur la répartition des portefeuilles, ce qui n’est pas une mince affaire. Enfin, si un accord se dégage sur toutes ces questions, le gouvernement Conte bis devra se soumettre à un vote de confiance pour vérifier s’il détient une solide majorité au Parlement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.