Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: tollé après l’élection d’un néo-nazi comme maire d’un village

Stefan Jagsch, néo nazi et nouveau maire de Waldsiedlung, le 8 septembre 2019.
Stefan Jagsch, néo nazi et nouveau maire de Waldsiedlung, le 8 septembre 2019. Andreas Arnold / dpa / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Rarement l'élection d'un maire d'un petit village n'aura fait autant de bruit en Allemagne. L'élection par les élus de différents partis, à l'unanimité, d'un membre du parti néo-nazi NPD à la tête de leur commune a suscité un tollé dans le pays. La classe politique dans la région de la Hesse où se trouve le village comme les responsables nationaux ont condamné cette élection et le comportement des membres de leurs partis respectifs qui ont élu un néo-nazi à leur tête.

Publicité

De notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Le nettoyage de printemps dans la commune a été un succès. Un chien provoque les plaintes des voisins parce qu’il aboie la nuit. Le conseil municipal du village de Waldsiedlung jeudi dernier n’avait rien de bien passionnant à offrir aux médias. Jusqu’à l’élection d’un nouveau maire, bien connu dans cette bourgade de 2 500 habitants. « Nous n’avions personne qui s’y connaisse avec les ordinateurs et puisse envoyer des mails. Ce qu’il fait dans sa vie privée ou dans un parti, ça ne nous intéresse pas », a déclaré après coup un élu du parti chrétien-démocrate. Avec ses collègues sociaux-démocrates et libéraux, ils ont voté à l’unanimité pour Stefan Jagsch. Pour eux, une décision pragmatique.

Secouru par des réfugiés…

Mais l’élection d’un membre du NPD a depuis fait des vagues. Deux interdictions du mouvement néo-nazi ont échoué. Stefan Jagsch a figuré à plusieurs reprises dans les rapports des renseignements généraux. La présidente de la CDU Annegret Kramp-Karrenbauer a condamné cette élection et exigé -comme le secrétaire général du SPD- qu’elle soit annulée.

L’intéressé juge les critiques provoquées par son élection exagérées et ne veut pas quitter son poste précisant qu’une majorité qualifiée serait pour cela nécessaire. Le parti d’extrême-droite Alternative pour l’Allemagne critique ses concurrents et précise que l’AfD n’a jamais élu un maire du NPD considérant ce parti comme trop radical.

C’est la deuxième fois que le nouveau maire néo-nazi a les honneurs des médias. Il y a trois ans, des réfugiés étaient venus au secours de Stefan Jagsch lors d’un accident de voiture dont il avait été victime.

Les autres partis s'efforcent après le tollé créé par l'élection du nouveau maire
d'obtenir sa destitution lors d'une prochaine réunion du conseil municipal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.