Italie

Italie: en meeting à Pontida, Matteo Salvini tente de se relancer

Matteo Salvini en meeting à Pontida, lors du rassemblement annuel de son parti, La Ligue, le 15 septembre 2019.
Matteo Salvini en meeting à Pontida, lors du rassemblement annuel de son parti, La Ligue, le 15 septembre 2019. Miguel MEDINA / AFP

L'Italie a autorisé le 14 septembre le navire humanitaire « Ocean Viking » à débarquer sur l'île de Lampedusa 82 migrants secourus en mer, une rupture avec la politique de Matteo Salvini. L’ex-ministre de l'Intérieur était en meeting politique ce dimanche 15 septembre à Pontida, le fief de son parti, la Ligue. Après avoir été l’homme fort du gouvernement, il veut maintenant être celui de l’opposition. Il a d’ailleurs déjà eu des discussion avec d’autres figures politiques.

Publicité

Matteo Salvini, écarté du gouvernement italien à l'occasion d'un changement de coalition, a annoncé ce dimanche que la Ligue, son parti, allait déclencher une série de référendums. L'objectif pour l'ex-ministre de l'Intérieur est de tenter de faire barrage aux réformes projetées par le nouvel exécutif.

Le chef de la Ligue réunissait ses troupes à Pontida, une petite ville de Lonmbardie dans le nord de l'Italie, et le fief originel de la Ligue. Il a par ailleurs accusé de trahison ses anciens alliés du Mouvement 5 Etoiles (M5S), avec lesquels il a gouverné pendant quatorze mois.

« Nous défierons ces traîtres qui sont retranchés dans leurs bureaux. Dans quelques mois, il y aura un gouvernement du peuple », a martelé Matteo Salvini devant plusieurs milliers de ses partisans. C'est dans cette même ville qu'il avait annoncé l'an dernier que la Ligue allait gouverner l'Italie pendant les trente années à venir.

Changement de politique migratoire

Le chef du principal parti de l'extreme droite italienne se dit notamment prêt à initier un référendum sur la réforme de la loi électorale. un projet de loi porté par la nouvelle coalition formée par le M5S et le Parti démocrate.

Matteo Salvini tentera aussi de passer par la voie référendaire si le gouvernement Giuseppe Conte II annule le décret-loi qu'il a pris le mois dernier pour bloquer l'accès des ports italiens aux navires humanitaires secourant des migrants en Méditerranée.

Or, l'Italie a autorisé ce samedi 14 septembre le navire humanitaire « Ocean Viking » à débarquer sur l'île de Lampedusa. À son bord, 82 migrants secourus en mer. Une rupture avec la politique de Matteo Salvini.

Le pari de Salvini

D'après la Ligue, 70 000 partisans avaient fait le déplacement vers Pontida. Si ce chiffre est sans doute exagéré, Matteo Salvini a réussi son pari : une affluence record, des fans venus de tout le pays, et les prémices d’un véritable culte de la personnalité. La panoplie-type du participant à la grande kermesse de Pontida ? La photo de Matteo Salvini sur la chemise, un crucifix au cou et un t-shirt où il est écrit : « Fermez les ports ! Non à l’immigration ! ».

Un célèbre journaliste de gauche se présente et la foule hurle : « Dehors, sale juif ! », rapporte notre envoyée spéciale et correspondante à Rome, Anne Tréca. Un député attaque le président de la République, Sergio Mattarella, et lance : « Il me dégoûte ». Et la foule reprend aux cris de « Matarrella ! Mafioso ! ».

La fête a décidément un goût amer. Le peuple de la Ligue conteste la légitimité du gouvernement, du Parlement et du président de la République, et veut des élections anticipées. Ils sont convaincus que les sondages qui lui donnent plus de 30 % des suffrages porteront leur héraut Salvini au pouvoir. Ce dernier, reparti en campagne, annonce déjà un projet de référendum contre l’immigration.

Il a vu vendredi [13 septembre] Silvio Berlusconi, il semble qu'il y ait des points d'accord.

Italie: maître de conférences en sciences politiques à l'université Paris-8, Anne Marijnen décrypte la stratégie de Matteo Salvini après son départ du gouvernement

(Avec agences)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail