Accéder au contenu principal
Suède

En Suède, l'assassinat de Karolina Hakim pousse les autorités à réagir

Karolin Hakim, 31 ans, a été assassinée en plein et en pleine rue le 26 août 2019.
Karolin Hakim, 31 ans, a été assassinée en plein et en pleine rue le 26 août 2019. Johan NILSSON / TT News Agency / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Malmö, est inhumée ce mercredi 18 septembre Karolin Hakim, une jeune femme de 31 ans, assassinée dans des circonstances particulièrement choquantes. Elle a été exécutée le 26 août dernier en pleine rue, en plein jour, alors qu'elle portait son bébé de deux mois dans les bras. Ce fait divers tragique illustre un phénomène qui inquiète les Suèdois : celui des bandes de jeunes, qui règlent leur différends à coups d’armes à feu et d’explosifs, et qui font grimper le taux d’homicide.

Publicité

Avec notre correspondant à MalmöFrédéric Faux

« Ils ont mis la bombe ici, ils l’ont recouverte de terre, et ça a fait boum ! » C’était le 4 septembre dernier, quand une charge de dynamite a détruit la façade d’un appartement, à Malmö. Rien que dans cette ville, on a compté plus de cent explosions entre 2017 et 2018. En Suède, les problèmes entre bandes se règlent aussi souvent avec des armes à feu. Résultat : le taux d’homicide, qui baissait depuis vingt ans, remonte depuis 2012.

« Cette violence est liée à des réseaux qui sont apparus dans nos banlieues, décrypte Amir Rostami, universitaire spécialiste de ces bandes. Et les conflits peuvent naître pour des affaires de drogue, mais aussi pour une petite amie. »

Inquiétude publique du roi

C’est sûrement une affaire de gang, ou liée au crime organisé, qui est à l’origine de la mort de Karolina Hakim. L’assassinat de cette jeune médecin, dans un quartier tranquille, a profondément choqué la Suède. D’autant plus que quarante-huit heures après, une autre jeune fille était tuée à Stockholm, également par balles.

Deux drames qui ont poussé le roi de Suède – fait rarissime – à exprimer publiquement son inquiétude. Le gouvernement a invité tous les partis politiques – sauf l’extrême droite – à faire de nouvelles propositions pour mettre fin à cette violence.

► A lire aussi : La Suède des gangs et de la criminalité organisée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.