Accéder au contenu principal
Allemagne / Justice

Allemagne: ouverture à Dresde du procès contre un groupe néo-nazi

Des policiers allemands surveillent une manifestation de l'extrême droite à Dresde, le 28 août 2018. (Image d'illustration).
Des policiers allemands surveillent une manifestation de l'extrême droite à Dresde, le 28 août 2018. (Image d'illustration). REUTERS/Matthias Rietschel
Texte par : RFI Suivre
2 mn

« Revolution Chemnitz », c'est le nom d'un groupe terroriste d'extrême droite dont le procès s'ouvre ce lundi 30 septembre à Dresde en Allemagne. Leurs membres qui voulaient perpétrer des attentats contre des étrangers et des responsables politiques étaient prêts à frapper lors de leur arrestation, il y a un an, d'après le parquet. Ce procès met une fois de plus en exergue le danger de ces groupes néo-nazis dans l'est de l'Allemagne comme le passé l'a déjà montré.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

Ils voulaient s’en prendre aux « parasites de gauche », aux « zombies de Merkel », à la « dictature des médias et à ses esclaves » et plus largement mettre à bas la démocratie.

Huit hommes de 21 à 32 ans, forts d’une longue carrière dans les milieux skinheads et néo-nazis et forts de casiers judiciaires bien remplis avaient constitué le groupe « Revolution Chemnitz » en septembre 2018.

La mort d’un jeune Allemand dans cette ville de Saxe et les accusations contre des réfugiés ainsi que les échauffourées xénophobes qui suivirent ont servi de terreau à cette cellule terroriste d’après le parquet.

À lire aussi : Allemagne: la Saxe, épicentre de l’extrême droite

Ses membres voulaient perpétrer un attentat le 3 octobre 2018 à Berlin, le jour de l’unité allemande rappelant la réunification du pays en 1990. Les huit hommes sont arrêtés deux jours avant.

Le parquet est persuadé qu’ils disposaient d’un réseau étoffé et comptaient se procurer des armes pour perpétrer des attentats contre des étrangers ou des opposants politiques.

Un profil qui rappelle la cellule terroriste néo-nazie NSU qui, née également dans l’est de l’Allemagne, a sévi durant des années tuant une dizaine de personnes.

À lire aussi : Allemagne: la montée de l'extrême droite inquiète les renseignements

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.