Accéder au contenu principal
Allemagne

Manifestation à Berlin contre le racisme et l'antisémitisme

Manifestation contre l'antisémitisme à Berlin, le 13 octobre 2019.
Manifestation contre l'antisémitisme à Berlin, le 13 octobre 2019. AXEL SCHMIDT / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Quatre jours après l'attentat xénophobe et antisémite de Halle en Saxe, l'Allemagne continue de réagir. L'auteur de l'attaque voulait s'en prendre à une synagogue sans réussir à y pénétrer. L'assaillant a tué une passante et le client d'un restaurant turc. Comme ailleurs dans le pays, une manifestation contre le racisme et l'antisémitisme a eu lieu ce dimanche 13 octobre à Berlin.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut  

« Ceux qui parlent de signal d’alarme quand un terroriste tue des innocents à Halle n’ont pas compris la gravité de la situation. Ce à quoi nous assistons est une catastrophe et pas un signal d’alarme », harangue un orateur sous les applaudissements.

Les manifestants voulaient d’abord montrer leur solidarité avec les victimes de Halle, et dénoncer aussi le racisme et l’antisémitisme. Mais les critiques, voire la colère contre les responsables politiques, sont sous-jacentes. Les orateurs ne veulent plus se satisfaire de phrases creuses,mais exigent des mesures efficaces pour lutter contre l’antisémitisme et ses causes. Beaucoup ont le sentiment que le danger n’a pas été suffisamment pris au sérieux pendant longtemps.

Ils étaient 13 000 ce dimanche à Berlin d’après les organisateurs, la moitié d’après la police, à être descendus dans la rue quatre jours après l’attentat de Halle. « On est tous concernés par ce problème : les juifs, les arabes, toutes les minorités, explique un manifestant. On s'est dit qu'on ne pouvait pas ne pas venir. »

L'AfD « bras politique de l'extrémisme radical »

Les manifestants dénoncent, comme certains responsables politiques, le fait que le succès du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) libère la parole. Ce dimanche matin, la présidente de la CDU Annegret Kramp-Karrenbauer a ainsi qualifié le parti de « bras politique de l’extrémisme radical ».

« Avec le parti de l'AfD, c'est plutôt que les gens pensent qu'ils peuvent dire des choses qu'ils n'osaient pas dire avant et passer à l'action aussi, confie un autre manifestant. Voilà ce qui a changé, je le vois bien. »

A Halle, une manifestation a aussi eu lieu ce dimanche. D’autres ont été organisées depuis mercredi dans de nombreuses villes allemandes.

À lire aussi : Après l'attaque de Halle, la peur du terrorisme néo-nazi

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.