Accéder au contenu principal
UE / France

Macron à Bruxelles pour reprendre la main après le camouflet Sylvie Goulard

Le président Emmanuel Macron a multiplié les consultations depuis le rejet de la candidature de Sylvie Goulard, notamment en rencontrant Angela Merkel mercredi 16 octobre à Paris.
Le président Emmanuel Macron a multiplié les consultations depuis le rejet de la candidature de Sylvie Goulard, notamment en rencontrant Angela Merkel mercredi 16 octobre à Paris. REUTERS/Regis Duvignau
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Outre l’avenir du Brexit, le sommet européen qui s’ouvre ce jeudi sera aussi l’occasion d’évoquer les conséquences du rejet de Sylvie Goulard à la Commission européenne. Depuis ce camouflet, Emmanuel Macron a multiplié les consultations. Affaibli, le président français veut tenter de reprendre la main.

Publicité

Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on l'admet volontiers : ce qui se joue lors de ce sommet, c'est l'influence de la France, et donc de son président, en Europe.

Le chef de l'État ne décolère pas depuis le rejet de sa candidate Sylvie Goulard et renvoie chacun à ses responsabilités. Dans son viseur : la droite européenne du PPE, accusée d'avoir voulu se venger d'un président qui avait bloqué en juin l'accession de son chef de file à la tête de la Commission européenne.

► À lire aussi : Sylvie Goulard recalée : « Une crise institutionnelle à court et moyen terme »

L'Élysée souhaite un « moment de clarification ». C’est-à-dire que la droite européenne rentre dans le rang, ce qui ne sera pas chose facile.

S’assurer d’une majorité stable avant de présenter un nouveau candidat

Pour mettre la pression, Emmanuel Macron refuse dans l'immédiat d'avancer un nom pour remplacer Sylvie Goulard. Il veut s'assurer une majorité et s'éviter une nouvelle déconvenue. Mais il est vrai aussi qu'il a bien du mal à trouver quelqu'un de compétent qui pourrait diriger le méga-portefeuille réservé à la France au sein de la nouvelle Commission.

Le chef de l'État va multiplier les consultations avec ses homologues, mais aussi, dès ce jeudi midi, avec ses partenaires du nouveau groupe centriste au Parlement Renew Europe. Ce sera donc un sommet où l'essentiel ne se jouera pas autour de la table des 28 mais comme souvent dans les couloirs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.