Accéder au contenu principal
Suisse

Élections fédérales: vers une Suisse plus écologiste et plus à gauche?

Des étudiants lors d'une marche pour le climat le 18 janvier 2019 à Lausanne.
Des étudiants lors d'une marche pour le climat le 18 janvier 2019 à Lausanne. Fabrice COFFRINI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

D'après les derniers sondages, tous les partis devraient perdre des voix sauf les Verts qui pourraient même faire leur entrée à l'exécutif, à l'issue des élections fédérales de ce dimanche 20 octobre. Ce succès quasi-historique est porté par les récentes marches pour le climat. En face, la droite populiste devrait rester largement majoritaire au Parlement suisse.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève,  Jérémie Lanche

En vieux routier de la politique suisse, le député vert Robert Cramer reste prudent face au succès que l'on prédit à son camp. « Le triomphe que l’on prophétise, c’est à peu près de revenir à nos forces électorales d’il y a douze ans », déclare-t-il.

Les Verts devraient pourtant réaliser leur plus gros score au Parlement suisse à l'issue des élections fédérales de ce 20 octobre. « Cette urgence climatique, on la sent même au quotidien, estime Delphine Klopfenstein, candidate pour les Verts à Genève. Même ici en Suisse, on la sent avec des étés caniculaires, avec des glissements de terrain dans les Alpes. On voit que c’est un vrai phénomène qui préoccupe de plus en plus de monde. Et c’est vrai que le climat général est plutôt favorable à une poussée verte notoire ce dimanche [20 octobre] ».

Préserver la nature, « une forme de patriotisme »

En face, la droite nationaliste de l'UDC (Union démocratique du centre) prend déjà acte de la poussée écologiste. Le premier parti de Suisse est l'un des seuls à ne pas avoir développé de véritable discours sur l'environnement, ou alors vu à travers le prisme de l'immigration.

« La préservation de la nature, c’est une forme de patriotisme, affirme Yves Nidegger. Nous avons simplement une autre recette. Nous considérons que l’impact sur l’environnement est quand même terriblement fonction du nombre d’êtres humains par rapport au nombre de mètres carrés. Par conséquent, l’immigration et sa maîtrise, c’est la politique la plus évidente ».

Pour la première fois, les Verts ont en tout cas de vraies chances de rentrer dans le gouvernement d'union nationale qui regroupe les principales formations politiques du pays. Ce serait une petite révolution, dans un pays peu habitué aux tremblements de terre politiques.

► (Ré)écoutez le reportage international : Suisse: manifestation des jeunes pour le climat

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.