Accéder au contenu principal
Brexit / Union européenne

Brexit: à Bruxelles, on continue le processus de ratification de l'accord

À Bruxelles. Les Vingt-Sept n’ont donc pas examiné la demande de report envoyée samedi soir. Puisqu’elle n’a pas lieu d’être pour le moment, dit-on ce 20 octobre à Bruxelles.
À Bruxelles. Les Vingt-Sept n’ont donc pas examiné la demande de report envoyée samedi soir. Puisqu’elle n’a pas lieu d’être pour le moment, dit-on ce 20 octobre à Bruxelles. REUTERS/Francois Lenoir
4 mn

Après les rebondissements à Londres – le report du vote, l’envoi de trois courriers ambivalents aux Européens, dont l'un formel non signé pour demander le report du divorce, l’autre signé par Boris Johnson pour expliquer qu’en fait il ne veut pas de ce délai - les ambassadeurs des Vingt-Sept se sont retrouvés à Bruxelles ce 20 octobre au matin. Il n’a pas été question d’accorder un nouveau délai aux Britanniques.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

Ce 20 octobre au matin, les ambassadeurs ont décidé de continuer le processus de ratification de l’accord de divorce presque comme si de rien n’était. Le texte n’a pas été rejeté, hier, par les députés britanniques rappelle un diplomate de haut rang ; Son vote a juste été reporté. Nuance. Il faut donc être prêt pour une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l’Union européenne le 31 octobre.

Les Européens en ont assez de ces tergiversations.

Emmanuelle Saulnier-Cassia, professeure de droit public à l'université de Versailles

Au Parlement de Strasbourg

Les différents documents vont donc être envoyés au Parlement européen, qui se réunira la semaine prochaine à Strasbourg, pour ratification. Aux eurodéputés maintenant de choisir quand ils se prononceront sur le nouvel accord. Ils ont toujours dit qu’ils attendraient que Westminster le valide en premier.

Les Vingt-Sept n’ont donc pas examiné la demande de report envoyée hier soir. Puisqu’elle n’a pas lieu d’être pour le moment, explique-t-on ici. En cas de rejet de l’accord, alors là, oui, les chefs d’État et de gouvernement analyseront cette troisième demande d’extension certainement lors d’un sommet extraordinaire.

Espoir ?

En fait, les Européens veulent garder espoir et continuer de croire que Boris Johnson parviendra à faire adopter son texte, la semaine prochaine, dans les délais impartis, comme il s’y est engagé.

À LIRE AUSSI: Brexit, les cinq scénarios pour la suite

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.