Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Brexit: trois lettres à Bruxelles et un probable nouveau report

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fini par s'exécuter en demander une prolongation de trois mois, mais de mauvaise grâce.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fini par s'exécuter en demander une prolongation de trois mois, mais de mauvaise grâce. PRU / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Parlement britannique a infligé un camouflet à Boris Johnson en l’obligeant à demander par une lettre à Bruxelles un report du divorce, prévu pour le 31 octobre. Le Premier ministre a fini par s’exécuter, mais de mauvaise grâce.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Boris Johnson a bien demandé samedi soir à Bruxelles un nouveau report du Brexit de trois mois, conformément à la décision des députés samedi de repousser leur vote sur l’accord. Sauf que le Premier ministre britannique ne s’est pas contenté d’envoyer une lettre, il en a envoyé trois. La première et la principale, non signée, pour demander la prolongation ; la deuxième, signée celle-là, spécifiant qu’il ne voulait pas de ce délai ; et la troisième de l’ambassadeur britannique auprès de l’UE, Tim Barrow, qui précise que le gouvernement est tenu par la loi de demander cette prolongation.

À lire aussi : Brexit : les cinq scénarios pour la suite

« Je vais maintenant commencer à consulter les dirigeants de l'UE sur la manière de réagir », a indiqué le président du Conseil européen Donald Tusk sur Twitter après avoir parlé au téléphone avec Boris Johnson.

« Puéril »

Ce refus de signer la lettre officielle envoyée à Bruxelles fait déjà controverse : « pathétique », « puéril » et surtout non conforme à ce qui était requis, estiment ses détracteurs absolument furieux et qui donnent déjà rendez-vous au Premier ministre devant la justice.

Ce mouvement d’humeur du dirigeant conservateur qui défie le Parlement risque de rendre la situation plus chaotique encore : la bataille ne va pas manquer de faire rage autour de ces lettres et la question de savoir si Boris Johnson a tenté de contourner la loi ; il y a déjà d’ailleurs une audience prévue lundi devant un tribunal écossais et il est fort possible que la justice s’en mêle sérieusement, peut-être même jusqu’à la Cour suprême à nouveau.

Qui plus est, cette fenêtre offre une opportunité aux adversaires du Premier ministre de lui compliquer au maximum la tâche en tentant notamment à nouveau d’imposer un second référendum de confirmation ou bien de tabler sur un vote de défiance et déclencher des élections anticipées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.