Accéder au contenu principal
Allemagne

Allemagne: accord sur les retraites, la coalition de Merkel évite une crise majeure

Les leaders de la coalition: Markus Söder (CSU), Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU) et Malu Dreyer (SPD), lors d'une conférence de presse après l'accord trouvé sur les retraites, ) Berlin, le 10 novembre 2019.
Les leaders de la coalition: Markus Söder (CSU), Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU) et Malu Dreyer (SPD), lors d'une conférence de presse après l'accord trouvé sur les retraites, ) Berlin, le 10 novembre 2019. John MACDOUGALL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La grande coalition droite-gauche au pouvoir à Berlin sous la direction d'Angela Merkel vient de présenter son bilan à mi-parcours et s'est félicité des réformes accomplies ou lancées. Mais certains dossiers restent des pommes de discorde entre conservateurs et sociaux-démocrates. C'est le cas depuis des mois d'une réforme des retraites. Ce dimanche, un accord a enfin été trouvé.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Le dossier menaçait de faire imploser la grande coalition, les réunions de crise au sein de la grande coalition se multipliaient. A l’arrivée, conservateurs et sociaux-démocrates ont trouvé un compromis.

Les personnes qui ont cotisé durant 35 ans et perçoivent malgré tout des retraites inférieures au minimum vieillesse verront leur pension revalorisée. Le SPD obtient gain de cause.

Concession à la droite, les fichiers des caisses de retraite et des services des impôts seront mis en liaison pour vérifier que les personnes concernées ont vraiment besoin de cette revalorisation ou perçoivent d’autres revenus. La droite voulait que l’ensemble du patrimoine des bénéficiaires potentiels soit examiné.

Jusqu’à 1,5 million de personnes pourront profiter de cette réforme dès l’an prochain. Elle coûtera jusqu’à 1,5 milliard d’euros financés par le budget de l’État. Quatre bénéficiaires sur cinq sont des femmes.

La présidente de la CDU Kramp-Karrenbauer a parlé d’un compromis acceptable pour son parti. La cheffe par intérim du SPD Malu Dreyer a salué une réforme sociale historique. Elle pourrait contribuer à réduire la grogne des militants sociaux-démocrates qui doivent décider début décembre de la poursuite ou non de leur participation au sein de la grande coalition avec la droite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.