Accéder au contenu principal
Roumanie

Roumanie: le pro-européen Iohannis réélu à la présidence

Klaus Iohannis, à l'issue du second tour d'une élection présidentielle à Bucarest, en Roumanie, le 24 novembre 2019.
Klaus Iohannis, à l'issue du second tour d'une élection présidentielle à Bucarest, en Roumanie, le 24 novembre 2019. Inquam Photos/Octav Ganea via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le libéral Klaus Iohannis a remporté dimanche 24 novembre un second mandat présidentiel en Roumanie, selon deux sondages réalisés à la sortie des urnes, avec une large avance qui marque la volonté des électeurs de défendre l'État de droit et la lutte contre la corruption.

Publicité

Cet ancien professeur de physique de 60 ans a recueilli entre 64,8% et 66,5% des voix, selon ces sondages, infligeant la défaite la plus sévère à un candidat du principal parti de gauche depuis la chute du régime communiste il y a trente ans.

Viorica Dancila, la dirigeante du Parti social-démocrate (PSD) et adversaire du chef d'État sortant, totaliserait entre 33,5% et 35,2% des voix. Mme Dancila a dirigé le gouvernement pendant près de deux ans avant d'être renversée en octobre par le Parlement.

Impopularité croissante du PSD

Le PSD, parti de gauche aux accents populistes et eurosceptiques qui domine la vie politique roumaine depuis 1990, fait les frais de son impopularité croissante liée notamment à ses tentatives d'affaiblir la justice anti-corruption et aux scandales ayant touché nombre de ses élus.

La formation social-démocrate, issue de l'ex-parti communiste, a été ces dernières années accusée de saper l'État de droit et d'isoler la Roumanie sur la scène européenne.

Klaus Iohannis, grand favori du scrutin, était notamment soutenu par les dizaines de milliers de Roumains qui sont descendus dans les rues depuis 2017 pour dénoncer les réformes de la justice menées par la gauche.

Après la motion de censure contre Mme Dancila, un cabinet de centre droit sous la houlette du Parti national libéral (PNL), dont est issu M. Iohannis, a pris les rênes du gouvernement. Mais le PSD reste majoritaire au parlement et les prochaines législatives sont prévues fin 2020.

Un pays qui change

Durant ses presque trois années de cohabitation houleuse avec la gauche, Klaus Iohannis s'est livré à une guerre d'usure pour entraver la réforme du système judiciaire menée au pas de charge par le PSD.

Également décriée par la Commission européenne, cette réforme a coûté au PSD plus d'un million de voix, estime le sociologue Alin Teodorescu.

Les sociaux-démocrates ont même perdu en popularité dans leurs bastions de la campagne. L'émigration et l'accès à internet, qui ont permis aux Roumains de découvrir l'Europe de l'Ouest, ont modifié leurs préférences électorales, au détriment du PSD, explique l'anthropologue Vintila Mihailescu.

Il y a deux semaines, Mme Dancila avait recueilli moins de 3% des voix parmi l'importante diaspora roumaine. Quelque quatre millions de Roumains vivent à l'étranger, l'entrée du pays dans l'UE en 2007 ayant accéléré l'émigration d'une population à la recherche de meilleures conditions de vie.

Septième pays le plus peuplé de l'Union européenne avec 19,4 millions d'habitants, la Roumanie affiche de profondes disparités entre les centres urbains, dont le niveau de vie se rapproche des standards européens, et les zones rurales, parmi les plus pauvres du continent. Près d'un Roumain sur deux vit à la campagne.

Ces dernières années, la Roumanie a enregistré de forts taux de croissance économique (7% en 2017 et 4,1% en 2018), dopée par des hausses des retraites et des salaires dans le secteur public octroyées par le PSD. Mais ces largesses ont suscité l'inquiétude de l'UE et du Fonds monétaire international (FMI), qui ont mis en garde contre une explosion du déficit.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.