Accéder au contenu principal
Italie / Matteo Salvini

Italie: les «Sardines» se pressent en masse à Rome contre l'extrême-droite

«Les Sardines», jeunes et du troisième âge, se sont rassemblées à Rome en chantant «Bella ciao», le plus célèbre chant des partisans italiens antifascistes, ce samedi 14 décembre 2019.
«Les Sardines», jeunes et du troisième âge, se sont rassemblées à Rome en chantant «Bella ciao», le plus célèbre chant des partisans italiens antifascistes, ce samedi 14 décembre 2019. REUTERS/Yara Nardi
Texte par : RFI Suivre
3 min

Des dizaines de milliers de personnes, les fameuses « Sardines », du nouveau mouvement anti-Salvini et antipopuliste, ont envahi samedi l'une des plus grandes places de Rome, devant la basilique Saint-Jean de Latran, pour manifester.

Publicité

Depuis sa création il y a un mois, le mouvement des « Sardines » a organisé des dizaines de manifestations, rassemblant au total 300 000 personnes, à Milan, Florence, Naples ou Palerme. Ce samedi à Rome, « les Sardines » ont fêté leur premier anniversaire en chantant de nouveau avec un bel entrain aussi bien Bella Ciao, le plus célèbre chant des partisans italiens antifascistes, que l'hymne national en écoutant la lecture de morceaux choisis de la Constitution.

« Les Sardines » jeunes et du troisième âge venues à pied, en vélo et même en fauteuil roulant, rivalisaient d'imagination pour se distinguer dans la foule : qui portait une gigantesque sardine colorée de papier, qui une « brochette » de sardines, qui une méduse.

« Nous courons un risque, croire que les sardines soient la solution à tous les maux. Mais les sardines n'existent pas, ce sont des personnes qui remplissent les places avec leurs idées et voient un ennemi, la pensée unique simplifiée du populisme », a déclaré à la foule Mattia Santori, l'un des fondateurs de ce mouvement.

L'idée est de « faire émerger une nouvelle énergie à travers une forme bien plus libre et spontanée » qu'un parti, en se dotant d'une organisation « qui ne sera pas hiérarchique » mais fixera de « grandes orientations », avait souligné la veille Mattia Santori, 32 ans, chercheur en économie et coach sportif bénévole dans des associations.

Toutes les générations étaient représentées sur la place Saint-Jean-de-Latran colorée de mille et une pancartes en forme de sardine…

Reportage au cœur du rassemblement

À lire aussi : Italie: dans la rue comme sur la Toile, les sardines en banc contre l'extrême droite

Comment sont nées « les Sardines »

« Les Sardines », c'est le nom d’un mouvement né il y a quelques semaines en réaction au discours de la Ligue, le très à droite parti de Matteo Salvini (ex-numéro deux du gouvernement italien).

Tout est parti de quelques jeunes gens qui habitent la ville de Bologne et qui s’inquiètent énormément du destin de leur région…

Marc Lazar, directeur du Centre d'Histoire de Sciences Po

Ce mouvement a-t-il un avenir politique ?

C’est donc des jeunes gens typiques de l’Italie, c’est-à-dire des jeunes gens diplômés qui ont un travail, mais encore un peu précaire, et qui sont à la fois indignés par Matteo Salvini […], mais aussi des Italiens très déçus par les partis politiques […] Manifestement, ils accueillent des populations différentes […] Est-ce qu’ils vont se transformer en parti politique? Ils le refusent pour le moment…

Marc Lazar, directeur du Centre d'Histoire de Sciences Po

Marc Lazar est l'auteur de « Peuplecratie, la métamorphose de nos démocraties » (aux éditions Gallimard).

À lire aussi : Italie: les «Sardines» fêtent ce samedi leur premier mois d’existence

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.