Accéder au contenu principal
Autriche

Autriche: une coalition conservateurs-écologistes bientôt au pouvoir

Le chancelier conservateur autrichien, Sebastien Kurz (à g.), et le patron des Verts, Werner Kogler.
Le chancelier conservateur autrichien, Sebastien Kurz (à g.), et le patron des Verts, Werner Kogler. REUTERS/Leonhard Foeger
3 mn

L’Autriche devrait bientôt être dirigée par une coalition entre les conservateurs et les Verts, une alliance inédite au niveau fédéral. Ces deux formations sont en effet parvenues à un accord et ont présenté jeudi 2 décembre leur programme commun.

Publicité

De notre correspondante à Vienne,

La future équipe gouvernementale sera logiquement dominée par la droite, les conservateurs ayant été les grands vainqueurs des élections législatives de septembre dernier. Dix portefeuilles reviennent aux conservateurs, la plupart des ministères clés comme l’Intérieur, les Affaires étrangères, la Défense ou les Finances.

►À lire aussi Législatives en Autriche: plébiscite pour Sebastian Kurz et les Verts

Les Verts obtiennent, eux, quatre portefeuilles dont un grand ministère de l’Environnement, qui inclut les transports, l’énergie et les technologies. Cette répartition correspond « aux priorités de chaque parti » a expliqué le jeudi 2 décembre, Sebastian Kurz, le jeune chef des conservateurs qui, à 33 ans, va retrouver son poste de chancelier.

Sebastian Kurz n’a pas cédé sur l’immigration

C’est un virage à 180 degrés pour Sebastian Kurz, car il avait choisi, en 2017 de gouverner avec le FPÖ, le parti d’extrême droite mais a dû, rappelons-le, mettre fin à cette expérience en mai dernier, à la suite du scandale de corruption de l’Ibizagate qui a touché le FPÖ. Sebastian Kurz est quelque peu contraint aujourd’hui de gouverner avec les Verts, un parti à l’opposé de la vision qu’il défend sur plusieurs points et notamment, l’immigration.

Mais le jeune conservateur ne semble pas avoir cédé sur ce thème lors des négociations. En effet, jeudi 2 décembre, lors de la présentation du programme de la future coalition, Sebastian Kurz a expliqué que « la lutte contre l’immigration illégale restera au coeur de (sa) politique ». Le programme prévoit par ailleurs de créer un nouveau dispositif de « détention préventive » et d’étendre l’interdiction du port du voile dans les établissements scolaires. Autant d’éléments qui ont donc été acceptés par les Verts.

Un programme qui fait la part belle à l’écologie

Alliance oblige, le programme fait également la part belle à l’écologie. Le leader des Verts Werner Kogler, futur vice-chancelier a insisté hier sur l’objectif de neutralité carbone d’ici 2040. Le programme liste également toute une série de mesures pour lutter contre le changement climatique, parmi lesquelles une augmentation de l’écotaxe sur les billets d’avion ou encore le passage à 100 % d’électricité issue des énergies renouvelables d’ici 10 ans. Les Verts veulent ainsi faire de l’Autriche un pays « précurseur » dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Ce nouveau gouvernement pourrait rapidement entrer en fonction. Il faut que l’accord scellé entre les écologistes et les conservateurs soit approuvé lors d’un congrès extraordinaire des Verts ce samedi. Devant la presse, jeudi 2 décembre, Werner Kogler s’est montré confiant et a défendu le programme qu’il a négocié pendant de longues semaines. Si le parti donne son feu vert, le nouveau gouvernement devrait être investi la semaine prochaine par le président de la République, Alexander van der Bellen, lui aussi écologiste.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.