Accéder au contenu principal
Kosovo

Kosovo: un témoin du tribunal spécial sur les crimes de guerre assassiné

Le corps de Nazmi Rrustemi avait été retrouvé au bord du lac artificel de Badovc, près de Pristina, la capitale du Kosovo. (image d'illustration)
Le corps de Nazmi Rrustemi avait été retrouvé au bord du lac artificel de Badovc, près de Pristina, la capitale du Kosovo. (image d'illustration) ARMEND NIMANI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'était un assassinat apparemment crapuleux et passé inaperçu, qui a eu lieu le 18 décembre au Kosovo. Le corps de Nazmi Rrustemi avait été retrouvé au bord d'un lac artificiel non loin de Pristina. Mais une interview de la veuve du défunt permet de faire le lien entre ce meurtre et les crimes de guerre commis au Kosovo à la fin des années 1990.

Publicité

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

L'ancien garde forestier Nazmi Rrustemi, 63 ans, a sans doute été assassiné parce qu'il en savait trop à propos des crimes commis par la guérilla albanaise de l'UCK. Sa veuve vient de révéler que Rrustemi était un témoin protégé du procureur spécial en raison de son passé.

Pendant la guerre du Kosovo, il avait été emprisonné dans les camps de l'UCK, ce qui faisait de lui une source d'information de premier ordre pour la justice. Ce meurtre montre une fois de plus l'inefficacité du programme international de protection des témoins au Kosovo.

Ce n'est en effet pas la première fois que des témoins des crimes de guerre commis par le camp albanais meurent violemment. En 2011, une témoin a charge contre l'ancien ministre et ancien chef de guerre Fatmir Limaj avait été retrouvé pendu en Allemagne, tandis que le procès contre l'ancien Premier ministre et commandant Ramush Haradinaj s'était conclu par un acquittement, en raison de la disparition, la mort ou l'amnésie de 12 témoins à charge.

Vingt ans après la fin du conflit, il est presque impossible de juger les crimes de la guérilla albanaise au Kosovo, alors que le sujet est tabou dans la société. Un tribunal spécial a bien été créé de La Haye il y a cinq ans, mais il n'a toujours pas réussi à inculper le moindre suspect.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.