Accéder au contenu principal

Pologne: Auschwitz commémore le 75e anniversaire de la libération du camp

L'émotion est palpable aux cérémonies commémoratives de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 2020, tant de la part des anciens déportés présents que de la part des officiels.
L'émotion est palpable aux cérémonies commémoratives de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 2020, tant de la part des anciens déportés présents que de la part des officiels. Jakub Porzycki/Agencja Gazeta via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
9 mn

C'était il y a 75 ans. Ce lundi 27 janvier, le monde commémore la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau où plus d'un million de juifs ont perdu la vie, la plupart tués dans les chambres à gaz dès leur arrivée.

Publicité

De nos envoyés spéciaux à AuschwitzThomas Giraudeau, et à Cracovie, Julien Chavanne

Il y a eu beaucoup d’émotion ce lundi matin, des larmes devant le Mur de la mort du camp d’Auschwitz. C’est là que les nazis ont fusillé des milliers de prisonniers. Des déportés présents ce matin ont fondu en larmes devant ce mur. C’était essentiellement des Polonais non juifs, rapporte notre envoyé spécial à Auschwitz, Thomas Giraudeau. Quelque 140 000 d’entre eux ont été déportés ici et la moitié n’en sont pas revenus. Certains étaient accompagnés de leurs familles, enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

En 1943, Bat-Sheva Dagan n’a que 16 ans quand elle est déportée, et assignée au baraquement où sont entassés tous les effets personnels des juifs tués dans les chambres à gaz… Elle échappe à la mort, en se cachant sous une paillasse au moment où le sinistre docteur Mengele faisait le tri entre les détenus. Ceux qui étaient trop affaiblis étaient envoyés à la mort...

La cérémonie marquée par les témoignages de l'enfer vécu à Auschwitz - Reportage

►À lire aussi: Après Auschwitz, les mots de Janina pour raconter l'enfer

Un moment solennel éprouvant auquel participait aussi le président polonais, Andrzej Duda. C’est lui qui ouvre la cérémonie officielle cet après-midi devant le camp de Birkenau. Andrzej Duda qui n’a pas apprécié la cérémonie organisée la semaine dernière à Jérusalem, vexé de ne pas avoir eu la parole, rappelle notre envoyé spécial à Cracovie, Julien Chavanne. C'est un nouvel épisode dans la guerre mémorielle que se livrent la Pologne et la Russie. Moscou n’a d’ailleurs envoyé que son ambassadeur à cet anniversaire.

Les présidents polonais Andrzej Duda et israélien Reuven Rivlin, lundi 27 janvier, lors des cérémonies de commémoration de la libération du camp de concentration d'Auschwitz.
Les présidents polonais Andrzej Duda et israélien Reuven Rivlin, lundi 27 janvier, lors des cérémonies de commémoration de la libération du camp de concentration d'Auschwitz. drianna Bochenek/Agencja Gazeta via REUTERS

Cette commémoration est l'occasion pour les survivants d'apporter leurs témoignages. Ils sont chaque année de moins en moins nombreux et leurs paroles de plus en plus précieuses. Deux cents survivants des camps de concentration nazis ont fait le déplacement à Auschwitz cette année. Ils étaient 300 il y a cinq ans, 1 500 il y a quinze ans.

Ça me brise le cœur qu'en 2020 et en Europe, il y ait encore des actes antisémites.

75 ans de la libération du camp d'Auschwitz: Sadiq Khan, maire de Londres

À écouter aussiÀ la rencontre des derniers survivants d'Auschwitz

Des survivants du camp de concentration d'Auschwitz durant les cérémonies de libération du camp de concentration.
Des survivants du camp de concentration d'Auschwitz durant les cérémonies de libération du camp de concentration. REUTERS/Aleksandra Szmigiel

Le Premier ministre français, Édouard Philippe était présent aux cérémonies, accompagné de lycéens et de parlementaires français. Il a prononcé un discours devant la Judenrampe, où les convois de déportés arrivaient au camp de Birkenau. « Il vous appartiendra désormais (...) de dire ce que vous avez vu et de faire en sorte que collectivement, nous n’oublions pas qu’il y a eu ici l’un des pires exemples d’inhumanité », leur a-t-il déclaré.

Édouard Philippe accompagné de lycéens et de deux rescapés - Reportage

►À voir aussi: Sauver des bâtiments annexes d’Auschwitz-Birkenau

La vidéo officielle du 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz avec traduction simultanée en anglais publiée sur le compte Twitter du Mémorial d'Auschwitz.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.