Accéder au contenu principal

Post-Brexit: les négociations commencent entre Londres et Bruxelles

Le Premier ministre britannique Boris Johnson ne veut pas «brader la souveraineté» du Royaume-Uni.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson ne veut pas «brader la souveraineté» du Royaume-Uni. DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les négociations post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ont début en début d'après-midi ce lundi. Au programme, des discussions sur la future relation entre les deux parties fraîchement divorcées. Mais des désaccords ont déjà fait surface.

Publicité

Hors de question pour le Royaume-Uni de « brader sa souveraineté ». C’est ce qu’annonçait la semaine dernière le gouvernement de Boris Johnson. Côté européen, la secrétaire d’État française aux affaires européennes Amélie de Montchalin confiait ce dimanche lors d’une interview sur la BBC que le temps de l’émotion est terminé.

« Nous rentrons dans une nouvelle phase du Brexit, souligne la ministre française. Il y a eu beaucoup de drame, de passion et d’émotions, mais maintenant il s’agit de négocier pour les "vrais gens", pour les entreprises, pour les agriculteurs ou les pêcheurs. »

Deux discours diamétralement opposés

Bruxelles dit vouloir privilégier l’aspect rationnel des négociations, tandis que Londres montre les dents et ne veut rien céder. Les discussions, qui débutent donc ce lundi à Bruxelles, s’alterneront avec Londres dans la première phase qui s’étend jusqu’à mi-mai, rapporte notre correspondante, Elodie Goulesque.

Parmi les 11 thèmes de négociations, la pêche, sujet très tendu des deux côtés de la Manche. Boris Johnson veut négocier un accord séparé, revu sur une base annuelle, concernant l’accès à ses eaux territoriales. Hors de question, répond l’Union européenne.

Sur l’environnement ou les droits du travail, le Royaume-Uni s’engage à mettre en place des lois fortes, mais refuse de se plier aux normes européennes actuelles. Avec un rythme de discussions toutes les deux ou trois semaines, Londres et Bruxelles ont donc quelques mois pour se mettre d’accord, avant un bilan de mi-parcours prévu au mois juin.

À écouter : Après le Brexit, l’Europe a-t-elle entendu l’avertissement ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.