Europe: les pays musclent leurs réponses à l’épidémie de coronavirus

Des militaires patrouillent les rues de Madrid, le 16 mars 2020, après la déclaraiton de l'état d'urgence et du confinement de la quasi-totalité des Espagnols.
Des militaires patrouillent les rues de Madrid, le 16 mars 2020, après la déclaraiton de l'état d'urgence et du confinement de la quasi-totalité des Espagnols. REUTERS/Juan Medina

Les frontières se ferment une à une, près de 100 millions d’Européens désormais confinés : les dirigeants de l’UE en viennent à prendre des mesures de plus en plus drastiques pour tenter d’enrayer la propagation de l’épidémie du Covid-19. Lundi 15 mars, l’Espagne a également décidé de fermer ses frontières terrestres.

Publicité

Après l’Italie, l’Espagne, deuxième pays le plus touché d’Europe, a pris une décision radicale samedi 14 mars : la totalité de la population est en quarantaine quasi-totale. L’état d’alerte y a été décrété pour 15 jours et les Espagnols ont le droit de sortir uniquement pour s’approvisionner ou se faire soigner. Madrid a également décidé de fermer toutes ses frontières terrestres.

« Restez chez vous », c’est donc le message que tous les gouvernements européens adressent à leur population. Si les conditions de confinement sont particulièrement strictes en Italie ou en Espagne, elles le sont beaucoup moins en Angleterre où les les écoles, les pubs et les théâtres, restent ouverts.

Annulation de la Semaine sainte

Plusieurs villes, dont Séville ont annulé les processions de la Semaine sainte, début avril, qui attirent en général des dizaines de milliers de touristes du monde entier. Même son de cloche au Vatican : les célébrations pascales se dérouleront sans les fidèles.

Le rideau est baissé pour les restaurants, bars, discothèques, cinémas, écoles et universités en France et au Luxembourg. Aux Pays Bas, même les maisons closes et les coffee-shops sont concernés et en Irlande, les pubs ferment dès lundi 16 mars au soir.

En Autriche, il est interdit de se rassembler à plus de cinq et la population est appelée à limiter ses déplacements au strict nécessaire. Les policiers y patrouillent les rues et peuvent infliger des amendes aux récalcitrants.

« Situation de catastrophe »

En Allemagne, où les frontières sont partiellement fermées (sauf aux marchandises et aux travailleurs frontaliers), plusieurs régions prennent des mesures pour restreindre les déplacements. En Bavière, les autorités ont l'intention de décréter une « situation de catastrophe » pour pouvoir mobiliser des moyens supplémentaires, comme le recours à l'armée dans les hôpitaux. Le gouvernement a annoncé la fermeture des magasins non essentiels ainsi que de toutes les écoles et recommande à ses habitants de renoncer à leurs vacances. Les bars, les salles spectacles et les musées vont aussi cesser leur activité ainsi que les maisons closes, dans un pays où la prostitution est encadrée par la loi.

L'état d'urgence a été décrété en Serbie, où le président Aleksandar Vucic a expliqué qu’il « fermait la vie pour sauver la vie ».

Jusqu’à 8 ans de prison en cas de non-respect du confinement

La Pologne, elle, a instauré de très lourdes sanctions pour ceux qui ne respecteraient pas les consignes d’isolement, après la fermeture des crèches, écoles, universités, restaurants, bars, musées et magasins non-essentiels. Chaque Polonais risque un an de prison et plus de 1 000 euros d’amende s’il sort de sa quarantaine imposée par les autorités de santé, rapporte notre correspondant à Varsovie, Thomas Giraudeau. Cette peine pourrait même atteindre huit ans de prison en cas de mise en danger de la santé d’autres personnes.

Des mesures de force, alors que 150 personnes ont été contaminées, trois sont décédées et au moins 10 000 Polonais ont été placés en quarantaine, selon le ministère de la Santé. Cela notamment après le départ de deux hommes infectés de l’hôpital où ils étaient en observation, ainsi qu’un couple autrichien, finalement rentrés dans leur pays au lieu de respecter leur quarantaine.

La Pologne, mais aussi le Danemark, encore la République tchèque ont annoncé la fermeture totale aux voyageurs étrangers.

Enfin, les Européens prévoient de soutenir massivement leurs économies durement touchées par cette cris comme la Suède qui a annoncé lundi un plan de soutien aux entreprises pouvant aller jusqu'à 28 milliards d’euros.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI