Accéder au contenu principal

Coronavirus: les Moscovites appelés à respecter le confinement

La mairie de Moscou a décrété le confinement de la population de la capitale russe depuis le 30 mars 2020.
La mairie de Moscou a décrété le confinement de la population de la capitale russe depuis le 30 mars 2020. DIMITAR DILKOFF / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le président Vladimir Poutine a appelé ce lundi 30 mars les Moscovites à respecter le confinement décidé la veille par le maire de la capitale russe pour tenter d'enrayer la progression du Covid-19. 

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

« C'est mon mari qui l'a lu sur Internet. Nous l'avons appris assez tard le soir. » Pour Yelena, la décision est brutale, mais elle n'a rien d'étonnant. Cette habitante de Moscou va donc devoir se confiner et observer les consignes très strictes décidées par les autorités.

« Je peux sortir pour faire mes courses, pour aller à la pharmacie ou dans les magasins les plus proches de notre maison, c'est tout, souligne Yelena. Il me semble que je ne peux pas faire du sport. De plus, je ne peux pas m'éloigner de ma maison de plus de cinq mètres, même pour me balader avec le chien, par exemple. »

Les habitants de la capitale s'attendaient à ces mesures de confinement, car le nombre de cas ne cessait d'augmenter ces derniers jours à Moscou. Certains, comme Nikita, estiment même que cette décision était devenue inéluctable.

« Tout ce la ne fait que commencer »

« Jusqu'à présent, les autorités se contentaient de simples recommandations, remarque Nikita. Mais elles n'étaient pas vraiment respectées par les gens. Or, vu ce qui se passe dans le monde, je pense que cette décision est justifiée. Et malheureusement, tout cela ne fait que commencer. »

Déjà une vingtaine de régions et entités en Russie emboîtent le pas à Moscou, dont Saint-Petersbourg, la deuxième ville du pays.

À lire aussi : Coronavirus: la Russie ferme ses frontières pour faire face à la pandémie


 ■ La Russie durcit le ton sur les « fausses informations »

Jusqu’à cinq années de prison, c’est la peine prévue par les députés russes, pour toute personne ayant diffusé sur les réseaux sociaux ce qui pourrait être considéré comme une « fausse information » sur le nouveau coronavirus.

« Les fausses informations circulent à la vitesse de la lumière, créent de la panique », explique sur le site internet de la Douma, le député Pavel Kracheninikov, membre du parti au pouvoir Russie unie. « Cela suscite des dommages psychologiques, ajoute-t-il, et cela freine les mesures prises dans le pays » pour lutter contre la maladie.

Autre mesure prévue par les députés russes : des peines renforcées pour toute personne qui ne respecterait pas les mesures de confinement. Des amendes pouvant aller jusqu’à 700 000 roubles, soit environ 8 000 euros, mais aussi des peines de prison si la violation de la quarantaine devait entraîner la mort d’une tierce personne.

Une première affaire criminelle est en cours d’instruction dans la ville de Bryansk, non loin de la frontière avec la Biélorussie. Deux hommes y sont accusés d’avoir propagé le coronavirus à leur retour d’un voyage en Espagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.