Accéder au contenu principal

Coronavirus: Giuseppe Conte appelle l'UE à être plus «ambitieuse, unie et courageuse»

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, lors d'une conférence de presse à Rome, le 11 mars 2020.
Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, lors d'une conférence de presse à Rome, le 11 mars 2020. Remo Casilli/Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a appelé vendredi l'Union européenne à être plus « ambitieuse, unie et courageuse » face à l'épidémie de Covid-19, dans une réponse à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Publicité

« Face à une tempête comme le Covid-19 qui nous concerne tous, il n'y a pas besoin d'un gilet de sauvetage pour l'Italie mais d'un solide canot de sauvetage européen qui conduirait nos pays unis en lieu sûr. » Voilà qui résume bien la réponse adressée par le chef du gouvernement italien à Ursula von der Leyen, ce vendredi, dans les colonnes de La Repubblica. Jeudi, la présidente de la Commission européenne avait présenté ses excuses à l’Italie dans un courrier publié par le quotidien, reconnaissant que si aujourd’hui, l’Europe est présente aux côtés de l’Italie, « cela n’a pas toujours été le cas ». « Il faut reconnaître, écrivait-elle, qu'au début de la crise, face au besoin d'une réponse européenne commune, beaucoup trop n'ont pensé qu'à leurs problèmes nationaux. »

« La solidarité doit être l'encre avec laquelle nous écrivons cette page d'histoire »

« C'est le moment de faire preuve de plus d'ambition, de davantage d'unité et de courage », écrit donc Giuseppe Conte ce vendredi, alors que son pays reste le plus durement touché par l'épidémie de Covid-19. « Nous sommes appelés à effectuer un saut qualitatif qui permettrait que l'on se qualifie d'union politique et sociale, et non pas seulement économique. » « La solidarité doit être l'encre avec laquelle nous écrivons cette page d'histoire. »

Concrètement, le chef du gouvernement italien veut aller « au-delà » de l’engagement des 100 milliards d’euros alloués par l’UE aux pays les plus touchés pour compenser les baisses de revenus. Il juge aussi les « Coronas bonds » - qu’il appelle les « European recovery bonds » - nécessaire pour « financer les efforts extraordinaires que l'Europe devra déployer pour reconstruire son tissu économique et social ». Pas question de partager la dette passée des pays concernés, mais plutôt « d'utiliser pleinement la vraie "puissance de feu’" de la famille européenne » afin de faire naître un « programme commun et partagé de soutien et de relance de notre économie pour assurer un avenir digne aux familles, aux entreprises, aux travailleurs et à tous nos enfants ».

Ce vendredi matin sur l’antenne d’Europe 1, la présidente de la Commission se disait « convaincue que l’Europe sortira plus forte de cette crise ».

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.