Accéder au contenu principal

Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie mardi 14 avril

Un jeune volontaire portant des gants de protection offre un désinfectant pour les mains lors d'une campagne d'information sur la maladie à coronavirus, dans la banlieue de Tensta à Stockholm, Suède le 12 avril 2020.
Un jeune volontaire portant des gants de protection offre un désinfectant pour les mains lors d'une campagne d'information sur la maladie à coronavirus, dans la banlieue de Tensta à Stockholm, Suède le 12 avril 2020. TT News Agency/Ali Lorestani via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
13 mn

Alors que plusieurs pays européens lancent leurs premières tentatives de déconfinement, les chiffres de nouvelles contaminations sont toujours en hausse en Grande Bretagne ou en Suède. La Chine craint une deuxième vague due aux cas importés du Covid-19. Pendant ce temps aux Etats-Unis Donald Trump revendique le droit de décider seul de la relance de l’activité économique.

Publicité

L'épidémie de coronavirus en France a fait au moins 15 729 morts depuis début mars, dont 5 470 dans des maisons de retraites médicalisées, selon un nouveau bilan officiel donné mardi soir par le Directeur général de la santé. Ce nombre correspond à 762 décès supplémentaires par rapport au bilan de lundi soir, soit le plus important bilan quotidien depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres donnés par Jérôme Salomon.

Une étude a été lancée ce mardi qui doit évaluer si deux médicaments, l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, sont efficaces pour empêcher d'attraper le Covid-19. Cette étude est menée sur 900 soignants, ont annoncé ce mardi les hôpitaux de Paris. Les résultats sont attendus dans 70 jours. Elle ne porte pas sur le traitement de la maladie, mais sur sa prévention, en associant un traitement médicamenteux en prophylaxie à des gestes-barrières (lavage de mains, masques...).

La justice française a ordonné mardi à Amazon France de restreindre son activité aux seuls produits essentiels. Le tribunal judiciaire de Nanterre estime que la société a « de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés ». Il lui enjoint de restreindre son activité aux seules « commandes de produits alimentaires, d'hygiène et médicaux, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée ». La livraison de produits non essentiels ne pourra reprendre qu'après une évaluation des risques et la mise en œuvre des mesures nécessaires pour protéger la santé des salariés.

« Premier pas vers une nouvelle normalité » en Autriche

Le chancelier Sebastian Kurz a remercié ses concitoyens autrichiens pour les efforts consentis ces dernières quatre semaines et grâce auxquels « le pire a été évité en Autriche ». Avec des nombres d’infections et d’hospitalisations en baisse, « nous sommes désormais sur la bonne voie », a estimé le chef du gouvernement autrichien, « et nous pouvons donc faire le premier pas vers une nouvelle normalité ».

Depuis ce mardi, tous les commerces de moins de 400 m² de surface ainsi que les magasins de bricolage et les jardineries sont de nouveau ouverts. Des mesures de précaution restent en revanche de mise : tous les clients et employés doivent porter des masques et garder une distance minimale d’un mètre. Le port d’un masque est également obligatoire dans les transports en commun. Le chancelier a d’ailleurs prévenu : « La crise est loin d’être terminée. Si les chiffres évoluent dans la mauvaise direction, nous allons immédiatement tirer le frein d’urgence ».

Italie : les mesures de confinement maintenues

Italie, pays européen qui paye le plus lourd tribut dans l’actuelle crise sanitaire, certains commerces ont été autorisés à reprendre leur activité ce mardi - dont les librairies, les papeteries ou encore les boutiques de vêtements pour enfants. Mais après plus d’un mois d’arrêt quasi total de l’activité économique, ces allègements restent très localisés et marginal. Les mesures de confinement sont maintenues.

Espagne : la levée partielle du confinement divise l’opinion publique

Selon les données du gouvernement espagnol, les mesures de confinement ont coûté au pays environ 900 000 emplois en seulement deux semaines. La levée partielle du confinement en Espagne vise donc à permettre la reprise du travail dans des secteurs clés pour l’économie du pays, comme celui du bâtiment. Mais malgré l’urgence économique certains jugent cette décision prématurée.

En Catalogne, la deuxième région d'Espagne la plus touchée par le coronavirus après Madrid, des masques de protection ont été distribués ce mardi aux passagers des transports en commun pour se rendre de nouveau au travail. Pourtant les médecins craignent que la propagation du Covid-19 reparte à la hausse avec la reprise du travail dans certains secteurs. Et le président de la Catalogne, Quim Torra, a qualifié la décision du gouvernement central d’ « irresponsable ».

La plupart des Espagnols sont toujours soumis au confinement. Les magasins, bars et lieux publics resteront fermés au moins jusqu'au 26 avril. Le nombre de décès quotidiens liés au Covid-19 est reparti à la hausse en Espagne, où 567 décès supplémentaires ont été enregistrés en 24 heures, portant le bilan de l'épidémie à 18 056 morts, selon les chiffres annoncés ce mardi par le ministère espagnol de la Santé.

Qui va pouvoir retourner à l’école en Allemagne ?

La chancelière allemande Angela Merkel doit s’entretenir demain par visio-conférence avec les présidents des régions pour préparer la levée progressive des restrictions liées à l’épidémie de coronavirus. Dans ses très attendues recommandations publiées lundi, l’Académie nationale des Sciences Leopoldina a prôné un retour « par étapes » à la normale si « les chiffres des nouvelles contaminations se stabilisent à un bas niveau » et si les « mesures d’hygiène sont maintenues ».

Angela Merkel doit s’exprimer à la suite de cette visio-conférence. Beaucoup d’interrogations persistent notamment en ce qui concerne la réouverture des écoles. Selon l’Institut allemand d’épidémiologie et de veille sanitaire Robert Koch, il serait « plus logique sur le plan épidémiologique de laisser d'abord les élèves plus âgés retourner à l’école, car ils sont plus susceptibles de respecter les règles de distance que les élèves plus jeunes ».

Le Royaume-Uni n’a « toujours pas passé le pic de l’épidémie » : 778 décès en 24 heures

Le Royaume-Uni a déploré mardi 778 décès supplémentaires de patients atteints par le coronavirus à l'hôpital. Cette augmentation est plus forte que celle enregistrée la veille (+717 morts). Elle porte à 12 107 le nombre total de victimes dans le pays. Le nombre de personnes testées positives au Covid-19 a atteint au total 93 873 au Royaume-Uni, en augmentation de 5 252 par rapport à la veille, selon le ministère de la Santé.

Les représentants des maisons de retraites ont lancé ce mardi un cri d’alarme. Ils dénoncent de nombreuses morts « silencieuses » dans leurs établissements, provoquées par le Covid-19 mais qui ne sont pas comptabilisées dans le bilan officiel. Le ministre des Affaires étrangères Domiinc Raab, qui dirige provisoirement le gouvernement durant la convalescence de Boris Johnson, a souligné que le Royaume-Uni n’a « toujours pas passé le pic » de la pandémie.

Pendant ce temps tous les voyants sont au rouge en ce qui concerne l’économie britannique. Le produit intérieur brut pourrait subir une chute historique de 13% selon le dernier scénario fondé sur un confinement du pays de trois mois.

Un vétéran britannique marche pour le NHS

Récolter de l’argent pour le NHS, le service de santé britannique en réalisant un exploit physique. C’est l’objectif que s’est fixé un vétéran britannique de la Seconde Guerre mondiale âgé de 99 ans. Chaque jour, il marche 250 mètres dans son jardin, récoltant au passage de nombreux dons.

Le capitaine de l'armée britannique à la retraite Tom Moore, 99 ans, marche pour collecter des fonds pour le NHS, le service de santé britannique.
Le capitaine de l'armée britannique à la retraite Tom Moore, 99 ans, marche pour collecter des fonds pour le NHS, le service de santé britannique. Maytrix Group/Handout via REUTERS

Le capitaine Tom Moore est devenu la coqueluche des médias britanniques. Filmé par la BBC en train de marcher avec son déambulateur dans son jardin, il a été invité à s’exprimer dans plusieurs émissions de télévision. Avec sa veste couverte de médailles, il a expliqué sa démarche :

« Lorsque je me suis brisé la hanche, j’ai été très bien soigné par les équipes de notre service public de santé. Ils ont fait tellement pour moi et ils font tellement pour beaucoup de personnes en ce moment. Et je pense que nous devons tous dire : bravo au service public de santé. »

Pour remercier le personnel médical, Tom Moore, 99 ans, s’est fixé un défi : faire tous les jours 10 longueurs de jardin, et un objectif : récolter 1 000 livres. Résultat : près de 2 millions de livres sterling récoltés, bien au-delà des espérances de ce vétéran de la Seconde Guerre mondiale

« À la guerre, on se disait qu’on n’avait pas le choix, qu’il fallait avancer et aujourd’hui, c’est la même chose avec ce virus, ajoute-t-il. Nous finirons par gagner. Je n’ai aucun doute sur le fait que nous serons du côté des vainqueurs. »

L’objectif de Tom Moore, désormais à portée de main : atteindre 100 longueurs de jardin avant de fêter son centième anniversaire le 30 avril. Mais il pourrait poursuivre au-delà, tant que ses exploits sportifs continuent à rapporter des fonds pour les soignants.

La Suède passe la barre des mille décès dus au Covid-19

En 24 heures, 124 personnes supplémentaires sont décédées en Suède, selon un bilan officiel communiqué ce mardi par les autorités sanitaires. Le pays recense désormais 11 445 malades testés positifs et 1 033 décès. La mortalité ici est nettement plus élevée que celle observée chez ses voisins nordiques.

Avec ces 10,3 millions d'habitants, la Suède a adopté des mesures plus souples que la plupart des pays européens pour tenter de contenir la progression du virus. Dans le royaume scandinave, le confinement de la population n'est pas d'actualité. Le gouvernement appelle chacun à «  prendre ses responsabilités » et à suivre les recommandations des autorités sanitaires. Parmi les mesures les plus strictes jusqu'à présent figurent l'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes et celle des visites dans les maisons de retraite.

La Commission européenne demande aux Etats membres de l’UE d’élaborer une stratégie commune pour le déconfinement

La Commission européenne a demandé ce mardi aux Etats membres de l'Union de se concerter en amont au sujet de l'allègement des mesures de confinement, faute de quoi de nouvelles flambées épidémiques pourraient survenir. « Il est temps de mettre au point une stratégie de sortie européenne bien coordonnée », estime l'exécutif européen dans un projet de recommandations qui doit être approuvé dans le courant de la semaine.

La Commission préconise que l'allègement des mesures de confinement n'intervienne que lorsqu'un ralentissement sensible de la propagation de l'épidémie aura été observé et lorsque les capacités hospitalières seront en mesure d'absorber les probables nouvelles poussées de cas de contaminations.

La Turquie va libérer des dizaines de milliers de prisonniers

Le Parlement turc a adopté lundi soir une loi qui approuve la libération de dizaines de milliers de prisonniers. L’objectif : désengorger un univers carcéral menacé par la pandémie de nouveau coronavirus. Des ONG de défense des droits de l'Homme, comme Human Rights Watch et Amnesty International, ont critiqué le texte. En effet, cette loi pour la libération des prisonniers exclut les détenus condamnés en vertu de lois antiterroristes controversées. Parmi eux de nombreux journalistes, opposants politiques et avocats qui se trouvent en détention provisoire et n'ont pas encore été jugés.

Le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir a indiqué que quelque 45 000 personnes seraient remises en liberté en application du texte et que le nombre s'élèverait à 90 000 en comptant les détenus qui seraient assignés à domicile.

Crainte d’une flambée de nouveaux malades en Russie

La Russie enregistre cette semaine des augmentations quotidiennes record des cas recensés de Covid-19 et craint une flambée dans les prochains jours, notamment à Moscou. Les autorités russes ont annoncé ce mardi un total de 21 102 cas de coronavirus (+2 774), et 170 morts (+22). Moscou, avec ses 12 millions d'habitants, est l'épicentre de l'épidémie, avec 13 000 malades, dont 6 000 hospitalisés. Parmi les 74 principaux foyers épidémiques russes, 55% sont des établissements de soins.

Alors que Vladimir Poutine revendiquait encore en mars que la situation était sous contrôle, le président russe a désormais changé de ton. Il a ordonné de préparer « tous les scénarios, même les plus graves et les plus extraordinaires ». A ce titre, il a demandé à l'armée de se tenir prête pour intervenir.

Chine : lutte contre les voyageurs clandestins venus de Russie

Dans le nord-est de la Chine, la province du Heilongjiang offre depuis ce mardi une récompense allant jusqu’à 5 000 yuans (environ 640 euros) pour toute personne qui aide à intercepter des voyageurs traversant illégalement la frontière depuis la Russie. La province a constaté ces derniers jours une hausse inquiétante des cas importés du coronavirus. Les autorités chinoises redoutent une nouvelle flambée épidémique et ont interdit depuis fin mars l’entré des étrangers sur le territoire national. La plupart des nouvelles infections sont le fait de citoyens chinois qui rentrent dans leur pays.

L’Inde prolonge son confinement

En Inde, le Premier ministre Narendra Modi a annoncé mardi la prolongation au moins jusqu'au 3 mai du confinement de son pays. Avec 1,3 milliard d'habitants il s’agit de la plus grande population au monde soumise à ce genre de mesure. L'Inde a recensé 10 363 cas confirmés et 339 morts, selon le dernier bilan officiel, vraisemblablement sous-estimé en raison de la faiblesse du dépistage.

Déconfinement : bataille ouverte entre Trump et certains gouverneurs aux Etats-Unis

Donald Trump affirme avoir l’autorité pour imposer la réouverture de l’économie si possible dès le début du mois de mai. Les gouverneurs de certains Etats américains ne sont pas de cet avis. Ce sont eux qui ont décidé des mesures de précaution et de confinement sans aucune directive de l’Etat fédéral. Et selon la Constitution américaine ce sont aussi les gouverneurs qui ont le pouvoir de les lever.

Ce mardi matin, Andrew Cuomo le gouverneur de New York a riposté au président. « La seule manière d’empirer la situation est que le président suscite une crise constitutionnelle. S’il me dit je déclare l’économie ouverte et que c’est un risque pour la santé publique ou que c’est imprudent pour la population de mon Etat je m’y opposerai. Et nous aurons alors une crise constitutionnelle comme on n’en a pas vu depuis des décennies avec des Etats qui disent au gouvernement nous ne suivrons pas votre ordre ». Six autres gouverneurs se sont alliés à Andrew Cuomo pour rappeler leurs prérogatives et résister à une levée prématurée des mesures de confinement.

La Colombie demande l’aide internationale pour milliers de migrants vénézuéliens

Le gouvernement de Colombie a demandé une aide internationale urgente pour venir en aide aux centaines de milliers de migrants vénézuéliens qui se trouvent dans le pays en pleine épidémie de coronavirus. La Colombie est le pays qui compte sur son sol le plus grand nombre de migrants vénézuéliens - 1,8 million, selon les autorités migratoires - qui ont fui la profonde crise socio-économique dans leur pays. Au cours des dernières semaines, plusieurs centaines d'entre eux sont rentrés au Venezuela, pays limitrophe.

Pour tenter de faire face à l'épidémie, le gouvernement colombien a annoncé une batterie de mesures économiques d'un total de 15 milliards de dollars, qui comprend des aides à l'emprunt, des subventions aux plus pauvres et des dépenses pour le système de santé. Quatrième économie d’Amérique latine, avec 48 millions d’habitants, la Colombie enregistre actuellement 2 776 cas de Covid-19 dont 109 décès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.