Accéder au contenu principal

Coronavirus: une ville italienne en quarantaine après un cortège funèbre

La mise en quarantaine de la commune était une décision «inévitable» en contrôler l'épidémie, a justifié le président de la région Campagnie (photo d'illustration)
La mise en quarantaine de la commune était une décision «inévitable» en contrôler l'épidémie, a justifié le président de la région Campagnie (photo d'illustration) ANDREAS SOLARO / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La commune italienne de Saviano (sud) a été placée ce dimanche en quarantaine, au lendemain des funérailles de son maire qui ont poussé 200 personnes dans les rues au mépris du confinement.

Publicité

« La mise en quarantaine de la commune de Saviano a été une décision inévitable pour empêcher le développement d'un foyer de contagion et protéger la santé des citoyens de Saviano, des communes voisines et de tout un territoire densément peuplé », a déclaré ce dimanche Vincenzo De Luca, président de la région Campanie, dans le sud de l'Italie.

Samedi, les médias italiens avaient montré des images de quelque 200 personnes réunies à Saviano, une ville de 15 000 habitants proche de Naples et du Vésuve, pour accompagner le cercueil de Carmine Sommese, maire de la ville et médecin, mort vendredi du coronavirus.

Malgré l'interdiction dans tout le pays de tout cortège funèbre, et plus largement de tout rassemblement, l'avancée du corbillard a été saluée par des applaudissements et des lancers de ballons, sous le regard de membres des forces de l'ordre qui ne sont pas intervenues.

Une vidéo virale d'élus furieux

Le président de région De Luca a expliqué que la mise en quarantaine de la ville, prévue jusqu'au samedi 25 avril, était « également un acte de respect envers la figure d'un grand médecin et de sa famille qui, le premier, aurait appelé à des comportements responsables ».

Il y a quelques semaines, Vincenzo De Luca figurait dans une vidéo ayant fait le tour des réseaux sociaux et montrant des responsables politiques italiens furieux, ou pleins d'une rage froide, face aux comportements de certains citoyens en période de confinement.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.