Accéder au contenu principal

Autriche: quarantaine levée dans la station d'Ischgl, foyer épidémique

La station d'Ischgl, dans le tyrol autrichien, est surnommée «le Ibiza des Alpes».
La station d'Ischgl, dans le tyrol autrichien, est surnommée «le Ibiza des Alpes». JAKOB GRUBER / APA / AFP
3 mn

Foyer de contamination pour des milliers de touristes européens, elle était devenue célèbre. Depuis ce jeudi matin, la station de ski d’Ischgl, située dans la région du Tyrol, n’est plus en quarantaine.

Publicité

De notre correspondante à Vienne,

Ischgl est connue pour accueillir chaque année des milliers de skieurs et de fêtards. En Autriche, on la surnomme même « l’Ibiza des Alpes ». Mais avec la crise du coronavirus, sa réputation s’est ternie, car elle s’est révélée être un foyer majeur de contamination. Le virus a largement circulé dans les nombreux bars que comptent la station. Ischgl aurait ainsi conduit à la contamination de milliers de ressortissants, notamment allemands et scandinaves.

Les autorités du Tyrol sont accusées d’avoir trop tardé à réagir : elles n’ont fermé la station que le 12 mars et l’ensemble des stations de la région le 15, alors même que dès le début du mois de mars, l’Islande avait classé Ischgl comme zone à risque. Aujourd’hui, les autorités estiment que la situation est sous contrôle et ont donc décidé de lever la quarantaine à Ischgl et dans toute la région.

Une plainte contre les autorités du Tyrol

Mais il risque d’y avoir des suites à cette affaire. L’association de protection des consommateurs VSV a déposé une plainte en action collective contre les autorités locales. L’association les accuse d’avoir fermé les stations de ski trop tard, de manière non coordonnée et ce pour des raisons commerciales, le tourisme étant un secteur vital au Tyrol. Selon VSV, plus de 5 000 vacanciers originaires de toute l’Europe et ayant séjourné au Tyrol se sont déjà signalés afin de se joindre à cette plainte.

L’opposition au Tyrol veut par ailleurs mettre en place une commission d’experts avant l’été afin d’analyser la gestion de cette crise. Les deux partis au pouvoir dans la région, les conservateurs et les verts, sont d’accord. Les autorités du Tyrol se sont jusqu’à présent défendu de tout manquement, reconnaissant seulement que des erreurs avaient pu être commises.

Laboratoire

En attendant, Ischgl va devenir une sorte de laboratoire grâce aux tests. La station est un cas intéressant car une forte proportion de la population a été exposée au coronavirus, et ce, très tôt. Des tests sérologiques vont donc être pratiqués sur les habitants. Ces tests permettent de rechercher la présence d’anticorps dans l’organisme et donc de savoir qui a déjà eu la maladie.

Les prises de sang nécessaires ont débuté mardi et se font sur la base du volontariat. Les scientifiques espèrent savoir, grâce aux résultats de ces tests, quel pourcentage des habitants a été infecté sans le remarquer et donc obtenir plus d'informations sur le nombre de cas asymptomatiques chez les porteurs du coronavirus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.