Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'état du monde face à la pandémie le samedi 16 mai

Les Niçois ont pu profiter de ce premier week-end déconfiné pour retrouver leurs plages de galets.
Les Niçois ont pu profiter de ce premier week-end déconfiné pour retrouver leurs plages de galets. VALERY HACHE / AFP
Texte par : RFI Suivre
13 mn

L’Europe sort du confinement pour se mettre au vert, mais les restrictions restent en vigueur partout. L'épidémie de coronavirus a provoqué plus de 309 000 et 4,6 millions de cas ont été officiellement recensés à travers le monde.

Publicité
  • Premier week-end déconfiné en France et au Royaume-Uni

Le nombre de personnes en réanimation (2 132) et hospitalisées (19 432) continue de baisser en France, qui a enregistré 96 nouveaux décès en 24 heures, selon les derniers chiffres de la direction générale de la Santé. Mais si la pression sur les services de réanimation continue de se réduire avec 71 malades en moins par rapport à vendredi, 46 cas graves ont été admis en réanimation ces dernières 24 heures, contre 38 il y a une semaine.

Les Français commencent à profiter de l'extérieur pour le premier week-end post-confinement. Après avoir été fermés pendant près de deux mois, des sites emblématiques tels que le Mont Saint-Michel ou le sanctuaire de Lourdes sont de nouveau accessibles. Mais les déplacements ne sont possibles que dans la limite de 100 km, et dans le respect des gestes barrières. De nombreuses plages sont autorisées à rouvrir. Mais pas question d'y bronzer ou d'y pique-niquer : elles sont réservées à un usage « dynamique », sans activités collectives.

Les voyages en avion devraient reprendre le mois prochain en France puis cet été en Europe, a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l'Iata, l'Association internationale du transport aérien, qui représente 280 compagnies à travers le monde. « Normalement, si nous sommes suivis par les gouvernements avec lesquels nous discutons, on devrait pouvoir voyager en France à partir de juin et en Europe en juillet-août, avec un trafic réduit, un nombre de destinations plus limité, mais enfin on pourra prendre l'avion ».

Le gouvernement italien a annoncé la réouverture à partir du 3 juin de ses frontières aux touristes de l'UE et l'annulation de la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers dans la péninsule. L'Autriche rouvrira totalement ses frontières avec la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie le 15 juin prochain. De son côté, l'Allemagne annonce la réouverture de sa frontière avec le Luxembourg, et assouplit légèrement les conditions de passage avec l'Autriche et la Suisse.

Au Royaume-Uni, les Britanniques apprécient leur premier week-end en extérieur depuis que l'allègement du confinement. Mais certaines zones touristiques s'inquiètent d'un afflux trop important de visiteurs, encouragés par le beau temps. Dans le parc de Yorkshire Dales, au nord, plusieurs parkings affichent complet malgré la mise en garde de l'office du tourisme, qui a demandé dès mardi aux gens « d'agir de manière responsable et d'y réfléchir à deux fois avant de visiter les lieux touristiques », assurant n'être « pas prêt à accueillir un afflux de visiteurs ».

  • Pedro Sanchez veut prolonger une nouvelle fois l'état d'urgence

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez annonce vouloir prolonger l'état d'urgence pendant « environ un mois ». Déjà prolongé à plusieurs reprises, il devait prendre fin le 24 mai. L’état d'urgence a permis au gouvernement de limiter la circulation des personnes lors d'un des confinements les plus stricts au monde. Cette nouvelle prolongation devra être approuvée par la Chambre des députés où le gouvernement est minoritaire et où l'opposition de droite a refusé de voter la dernière. L'Espagne (27 563 décès) est  - avec les Etats-Unis (87 991) décès l'Italie (31 763) et la France (27 625) - l'un des pays les plus touchés au monde par la pandémie. Pedro Sanchez appelle les Espagnols à aborder le déconfinement « avec la plus grande prudence ». « Le risque est toujours là (...) le virus n'est pas parti et sa menace est réelle ». 

  • Le football et les manifestations anti-restrictions reprennent en Allemagne

Des milliers de personnes ont manifesté ce samedi dans plusieurs villes d'Allemagne pour dénoncer les restrictions restantes face au coronavirus. Le mouvement prend de l'ampleur et inquiète les autorités. Ces rassemblements, très encadrés par les forces de l'ordre en raison des restrictions, se sont tenus dans plus d'une dizaine de villes dont Munich, Stuttgart et Francfort.

Après 63 jours d’interruption, le championnat allemand de football a repris ce samedi devant des tribunes vides de supporters et avec de multiples précautions : entrées séparées sur les terrains, aucune poignée de main, des ballons régulièrement désinfectés et surtout des célébrations de buts sobres, dans le respect de la distanciation sociale. Sur les bancs des remplaçants, seul un siège sur deux est occupé par des joueurs masqués jusqu'aux oreilles. Pionnière en Europe parmi les championnats majeurs, l'Allemagne aura peut-être donné confiance à l'Espagne, l'Italie et l'Angleterre qui espèrent encore reprendre leurs compétitions.

  • Hausse des décès en Russie, baisse en Iran

La Russie a enregistré ce samedi un taux record de décès : 119 au cours des dernières 24 heures. C’est le nombre le plus élevé enregistré jusqu'ici dans le pays. Mais le nombre de nouveaux cas de contamination est descendu à son niveau le plus bas depuis deux semaines. La Russie se situe au deuxième rang mondial, après les Etats-Unis, avec 272 043 cas recensés, dont 9 200 nouveaux annoncés samedi.

A l'inverse, l’Iran a annoncé 35 morts supplémentaires, soit le bilan quotidien le plus bas depuis le 7 mars, et prévoit un nouvel assouplissement des mesures contre la propagation du virus. Ces nouveaux décès portent à 6 937 le bilan officiel des morts de la pandémie depuis l'annonce des premiers cas en février. La province du Khouzestan est la seule où des mesures de restriction ont été réimposées, après un assouplissement à l'échelle nationale. Mais les habitants de 218 comtés jugés à faible risque pourront se rassembler la semaine prochaine pour les prières du vendredi et à participer à la « Journée de Jérusalem », célébrée chaque année le dernier vendredi du ramadan (cette année le 22 mai) en solidarité avec les Palestiniens.

Dans une tribune publiée sur le site dédié Levez le siège, plus de 250 artistes à travers le monde exhortent Israël à mettre fin au « siège » de Gaza pour éviter une épidémie « potentiellement dévastatrice ». Parmi les signataires de cet appel figurent notamment le musicien britannique Peter Gabriel, le groupe Massive Attack, l'essayiste canadienne Naomi Klein, le réalisateur britannique Ken Loach, l'acteur Viggo Mortensen Jr., le poète Taha Adnan, l'actrice française Ariane Ascaride ou l'écrivaine Annie Ernaux. 

  • Les Etats-Unis totalisent un tiers des cas de Covid-19  

Un tiers désormais des cas de contamination du monde sont aux Etats-Unis (1,5 millions). 87 991 personnes en sont mortes. A New York, la situation est stabilisée mais la contamination est toujours très élevée et le nombre de décès important (157 les dernières 24 heures). La moitié de la ville reprend prudemment ses activités. Le gouverneur de l’Etat Andrew Cuomo demande à « rouvrir l'économie sans grand rassemblement » et à « rester vigilant pour ne pas revenir en arrière ». Dans l’Etat de Géorgie, où l’activité économique reprend, les contaminations sont reparties à la hausse après plusieurs jours de baisse.

Au Canada, la compagni ete aérienne nationale a annoncé le licenciement de plus de la moitié de ses effectifs en raison de l'effondrement de son activité. La première compagnie aérienne canadienne, qui compte environ 38 000 employés, explique qu'elle ne prévoit pas un retour à la normale avant longtemps.

  • Le Brésil franchit le seuil des 15 000 morts

Selon les chiffres officiels, le Brésil a dépassé ce samedi la barre des 15 000 décès dus au nouveau coronavirus. Il recense également environ 230 000 personnes ont été infectées, ce qui en fait le cinquième pays en terme de contaminations. Avec 15 633 décès et 233 142 cas confirmés, il est le pays d'Amérique latine le plus touché par le virus. Le président Jair Bolsonaro a une nouvelle fois critiqué les mesures de confinement imposées par les gouverneurs de région. « Le chômage, la faim et la misère sera le futur de ceux qui sont en faveur de la tyrannie d'un isolement total », a-t-il déclaré. 

Au Chili, la capitale Santiago s'est réveillée en confinement total, une mesure ordonnée par le gouvernement après un bond des contaminations et un doublement du nombre de morts quotidiens en deux jours. Au Pérou, le gouvernement annonce l'arrivée d'un groupe de 85 médecins cubains pour aider à la lutte contre le Covid-19 et la construction d'un hôpital de campagne à Pucallpa, capitale du département amazonien de Ucayali, à la frontière brésilienne.

En Bolivie, l'inquiétude monte dans la prison de Palmasola, où sont enfermés 7.000 détenus, la plupart jamais jugés pour une capacité de 1.700 personnes. C'est la plus importante et violente du pays et plusieurs cas de Covid-19 y ont été signalés. Les prisons sont des « bombes à retardement » a déclaré le vice-ministre de la sécurité alors qu'une grâce a été déclarée au mois d'avril pour vider les prisons des détenus de plus de 58 ans, considérés comme plus vulnérables face à la maladie.

  • L’Antarctique, seul continent épargné par le Covid-19 

L'Antarctique est épargnée par la pandémie grâce à des mesures de contrôle strictes, avec l'interdiction des voyages touristiques et de tout contact entre les bases internationales, et la mise en place de mesures sanitaires drastiques. La vie en Antarctique requiert habituellement une grande coordination et coopération entre les équipes des quelque 40 bases permanentes et missions scientifiques installées sur la péninsule et les îles alentours. Avant la pandémie, toutes ces bases étaient en interaction permanente, notamment pour charger et décharger les provisions, mais aussi pour des compétitions sportives, des fêtes d'anniversaires. La peur de la contagion a mis fin à tout contact physique, permettant de limiter les risques. Dans sa lutte contre le virus, l'Antarctique a aussi un peu de chance : la crise sanitaire a débuté alors que s'achevait la saison touristique, qui attire chaque année environ 50 000 visiteurs.

  • A Bombay, le système de santé submergé 

En Inde, la pandémie submerge le système de santé de Bombay. Les morgues sont pleines, des corps traînent dans les chambres d'hôpitaux, certains patients doivent partager leur lit, les soignants sont exténués. Une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montre des corps de personnes mortes, emballés dans des sacs de plastique noir, au milieu d'une salle où sont traités d'autres patients du virus. Les images ont provoqué un tollé.

La Thaïlande prolonge d'un mois, jusqu'à fin juin, l'interdiction des vols en provenance d'autres pays. Le pays, qui recense 3 025 cas de contamination et 56 décès, poursuit son déconfinement. Les centres commerciaux et grands magasins pourront rouvrir ce dimanche. Le couvre-feu nocturne a par ailleurs été allégé d'une heure.

Au Vietnam, des touristes font la queue pour embarquer sur des croisières dans la baie d'Ha Long, fermée depuis le 12 mars. Les restrictions de déplacement à l'intérieur du pays ont été levées pour relancer le secteur touristique. Mais pour le moment les frontières restent fermées. Le Vietnam a agi rapidement face au virus, avec des mesures très strictes de contrôle de la population, et le pays ne compte à ce jour que 318 cas et zéro décès malgré une longue frontière commune avec la Chine.

Le Népal a enregistré son premier mort du coronavirus : une jeune femme de 29 ans qui venait d'accoucher. « Il a été prouvé que c'est le premier cas de décès causé par le Covid-19 au Népal », a déclaré le porte-parole adjoint du ministère de la Santé, Samir Kumar Adhikari, dans un communiqué. 281 personnes sont officiellement contaminées dans le pays.

  • L'OMS met en garde contre certaines techniques de désinfection

Pulvériser ou fumiger du désinfectant dans les rues, comme certains pays le font, ne permet pas d'éliminer le nouveau coronavirus, avertit l'Organisation mondiale de la santé. Pulvériser du chlore ou d'autres produits chimiques toxiques sur les personnes pose un risque sanitaire. Dans les espaces intérieurs, l'application systématique de désinfectants sur les surfaces par pulvérisation ou fumigation n'est pas non plus recommandée par l'OMS. « Si des désinfectants doivent être appliqués, il convient de le faire avec un chiffon ou une lingette imbibée de désinfectant », indique l'OMS.

  • Edward Hopper, peintre de l’actualité coronavirus 

Vu comme le « peintre du moment à l'heure du coronavirus », avec ses personnages enfermés, solitaires, et ses espaces vides, Edward Hopper, exposé à la Fondation Beyeler en Suisse, retrouve son public, à la faveur de la réouverture des musées dans le pays. Le musée d'art contemporain situé près de Bâle, avait dû interrompre à la mi-mars l'exposition qu'il consacrait à l'artiste américain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.