Accéder au contenu principal

Coronavirus en Allemagne: hausse des contaminations dans les abattoirs

Un employé se désinfecte les mains en se rendant à la station de tests de coronavirus sur le site de l'usine de l'entreprise de transformation de viande Westfleisch à Hamm, en Allemagne, le 10 mai 2020.
Un employé se désinfecte les mains en se rendant à la station de tests de coronavirus sur le site de l'usine de l'entreprise de transformation de viande Westfleisch à Hamm, en Allemagne, le 10 mai 2020. Ina FASSBENDER / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Plus de 90 employés d'un abattoir dans le nord-ouest de l'Allemagne ont été testés positif au coronavirus. C'est le dernier exemple en date dans ce secteur que Berlin s'apprête à réguler plus strictement.

Publicité

Le nouveau foyer d'infection concerne 92 employés d'une usine de découpe de viande à Dissen, dans l'état de Basse-Saxe, ont déclaré les autorités locales. La production a été « suspendue » et les personnes concernées ont été « mises en quarantaine », ainsi que toutes celles ayant été « en contact avec elles », ont-elles ajouté. Les tests ont été effectués après les taux d'infection élevés dans l'industrie de la viande observés partout en Allemagne.

Début mai, 183 personnes avaient été testées positives au nouveau coronavirus à Coesfeld, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à l'ouest du pays. En avril, 300 employés, dont 200 ressortissants roumains, d'un abattoir situé dans la région de Rhénanie-Palatinat, dans l'Ouest, avaient été contaminés.

Conditions d'hygiène douteuses

Les mauvaises conditions de travail dans ces établissements sont pointées du doigt, ainsi que le recours massif à des entreprises sous-traitantes étrangères pour l'embauche des employés. Ce qui conduit à « déresponsabiliser » le secteur, selon le syndicat allemand de l'alimentaire NGG.

Ces abattoirs emploient de nombreux travailleurs d'Europe de l'Est, vivant et travaillant dans des conditions d'hygiène douteuses. Un « grand nombre » des personnes contaminées à Dissen étaient employées dans le cadre d'un contrat de sous-traitance, précisent les autorités. Une « partie » d'entre elles vivaient dans des habitats collectifs, où sont logés ces salariés étrangers. Ces logements suscitent une inquiétude grandissante de la part des autorités, en raison du manque d'hygiène et de la promiscuité qui les rendent propices au développement de maladies.

« Clusters » dans des abattoirs en France et aux États-Unis

Le ministre du Travail, Hubertus Heil, doit présenter mercredi en Conseil des ministres des mesures visant à mieux réguler les conditions de travail du secteur. Ce plan devait être initialement présenté lundi. Il envisage l'interdiction des contrats de sous-traitance, selon la presse allemande.

Au-delà de l'Allemagne, les cas de contaminations dans les abattoirs suscitent de plus en plus d'inquiétudes. En France, plus de cent personnes ont été aussi testées positives dimanche au Covid-19 dans deux « clusters » au sein de deux abattoirs, l'un près d'Orléans et l'autre près de Saint-Brieuc.

Aux États-Unis, les fermetures d'abattoirs se sont multipliées ces dernières semaines après de nombreux cas de contamination. Mercredi, un quatrième contrôleur chargé de faire respecter les règles sanitaires dans les abattoirs américains, est décédé après avoir contracté la maladie.

(Avec agences)

À lire aussi : Coronavirus: les manifestations anti-restrictions se poursuivent en Allemagne

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.