Accéder au contenu principal

Accusé d'avoir enfreint le confinement, Dominic Cummings se défend

Dominic Cummings lors d'une conférence de presse au 10, Downing Street, le 25 mai 2020.
Dominic Cummings lors d'une conférence de presse au 10, Downing Street, le 25 mai 2020. Jonathan Brady/Pool via REUTERS

Accusé d'avoir enfreint le confinement, le conseiller spécial du Premier ministre britannique Boris Johnson, Dominic Cummings, s'est défendu ce lundi 25 mai lors d'une conférence de presse.

Publicité

Au lendemain d'une intervention de Boris Johnson qui n'est pas parvenu à éteindre la polémique, Dominic Cummings a décidé d'assurer lui-même sa défense. Le conseiller du Premier ministre a répondu point par point aux accusations de non-respect des règles de confinement qui le visent. « Je pense qu’étant donné toutes les circonstances, j’ai agi raisonnablement et légalement, pesant le pour et le contre entre la sécurité de ma famille et la situation extrême au 10 Downing Street », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Cerveau de la campagne du référendum de 2016 qui a abouti au Brexit, Dominic Cummings est depuis trois jours au cœur d'une tempête politique après que deux journaux ont révélé qu'il s'était rendu fin mars avec sa femme et leur fils de quatre ans chez ses parents à Durham (400 km au nord-est de Londres), alors qu'il craignait d'être atteint du Covid-19.

Chronologie précise du déroulé des faits à l'appui, le conseiller du Premier ministre a expliqué avoir choisi d'effectuer ce déplacement pour des raisons de garde d'enfant. Son intention était de laisser son fils avec ses nièces qui vivent à côté, si lui et sa femme n’étaient plus en mesure de s’en occuper. Dominic Cummings affirme être resté dans un cottage de la propriété sans rencontrer ses parents.

« Je peux comprendre que certaines personnes diront que j’aurais dû rester chez moi à Londres sur toute la période, mais, sauf votre respect, je ne suis d’accord, a-t-il réagi. Inévitablement, les règles légales ne couvrent pas toutes les circonstances, notamment celles dans lesquelles je me suis retrouvé. » 

Dominic Cummings a toutefois reconnu qu'il n'avait pas discuté de ce déplacement avec le Premier ministre, qui venait d'être testé positif au Covid-19. Une « erreur », a-t-il dit, la seule qu'il ait concédée. « Je ne pense pas qu'il y ait une règle pour moi et une règle pour la population », a-t-il affirmé. Mais en dépit de la multiplication des appels à démissionner, y compris au sein de la majorité conservatrice, il a assuré n'avoir ni « proposé » ni « envisagé » de le faire.

Cette défense ne semble toujours pas convaincre, rapporte notre correspondante à Londres, Chloé Goudenhooft. Nombreux sont les parents à s’être retrouvés dans une situation similaire et à être restés chez eux malades avec leurs enfants. Dominic Cummings a même provoqué la surprise et quelques sarcasmes en expliquant que son déplacement avait pour but de tester sa vision et sa capacité à conduire. Pour beaucoup, cette conférence de presse et ces explications arrivent trop tard et ne clarifient pas tout. Mais surtout, l’absence d’excuse ne fait qu’empirer la situation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.