Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'état du monde face à la pandémie du 1er au 7 juin

Des employés des pompes funèbres transportent le cercueil d'une personne décédée du coronavirus à Rio de Janeiro le 18 mai 2020. Le Brésil est particulièrement touché par l'épidémie.
Des employés des pompes funèbres transportent le cercueil d'une personne décédée du coronavirus à Rio de Janeiro le 18 mai 2020. Le Brésil est particulièrement touché par l'épidémie. REUTERS/Ricardo Moraes
Texte par : RFI Suivre
10 mn

La semaine qui s’est écoulée a été de nouveau marquée par une hausse des contaminations en Amérique latine, et en particulier au Brésil, devenu le troisième pays comptant le plus de morts. La pandémie de coronavirus inquiète également le Moyen-Orient, notamment l’Iran et l’Afghanistan. En Europe, le déconfinement se poursuit et les frontières sont en voie de rouvrir. Le nombre de cas confirmés dans le monde frise les 7 millions, dont 3 millions sont aujourd’hui considérées comme guéris contre plus de 400 000 morts.

Publicité

Les régions ou pays où la pandémie recule

La crise continue de se calmer en Europe où le déconfinement se poursuit et les frontières s’ouvrent peu à peu. Les ministres européens de l’Intérieur ont convenu, vendredi 5 juin, d'une réouverture progressive de l’Union européenne (UE) et de l’espace Schengen, mais elle n’est pas attendue avant le 1er juillet.

En France,l’épidémie est « contrôlée » a déclaré vendredi 5 juin le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraisy. Le pays est entré dans la phase 2 de son déconfinement mardi 2 juin : les restrictions de circulation ont été levées, les piscines et les salles de spectacle ont été rouvertes. Même chose pour les bars et les restaurants à l’exception de l’Île-de-France, de la Guyane et de Mayotte, toujours classés orange, où seules les terrasses ont pu rouvrir. Samedi 6 juin, c’est le château de Versailles, l’un des sites touristiques les plus visités de France, qui a rouvert avec une capacité d’accueil limitée et le port du masque obligatoire.

L’Italie s’est ouverte au tourisme cette semaine alors que la tendance du nombre de personnes hospitalisées à cause du virus reste à la baisse. Depuis mercredi, le pays a ouvert ses frontières aux ressortissants de l’Union européenne, mais aussi aux Britanniques, aux Irlandais, aux Suisses, aux Norvégiens et aux Islandais, et aucun d’eux ne subira de quarantaine obligatoire sauf exceptions. Vingt-trois aéroports sont déjà opérationnels dont ceux de Rome, Milan et Naples. Par ailleurs, le Vatican ne compte plus aucun cas de coronavirus selon le Saint-Siège.

Ailleurs en Europe, les mesures de déconfinement se multiplient. L’Espagne entre lundi 8 juin en phase 3, dernière étape avant un retour à la normale. Les musées ont rouvert, notamment celui du Prado à Madrid qui a accueilli ses premiers visiteurs ce week-end. Toujours lundi 8 juin, l’Irlande va rouvrir ses commerces, hors centres commerciaux, en vue d’une fin des restrictions de déplacements prévue pour le 29 juin. Le Royaume-Uni a rouvert une partie de ses écoles lundi 1er juin contre l’avis des syndicats d’enseignants et des collectivités locales. La Suisse, elle, a décidé d’avancer l’ouverture de ses frontières au 15 juin avec tous les pays de l’UE, comme la République Tchèque qui vient d’ouvrir ses frontières avec l’Allemagne et l’Autriche dix jours plus tôt que prévu.

En Asie aussi les efforts d’ouverture se font aussi sentir. La Chine, où le virus est apparu en décembre, a annoncé que toutesles compagnies aériennes étrangères pourraient reprendre un trafic limité à partir du lundi 8 juin. Par ailleurs le sport devrait aussi reprendre dans l’empire du Milieu puisque laChinese Basketball Association a annoncé une reprise de ses activités à partir du 20 juin. Toujours en Asie, la Corée du Sud a partiellement rouvert ses plages cette semaine.

Aux États-Unis, Donald Trump a affirmé vendredi 5 juin que le pays avait « largement surmonté » la crise du coronavirus alors que le marché de l’emploi a connu un léger rebond. Les États-Unis restent le pays le plus endeuillé avec 109 802 décès pour 1 920 061 cas officiels. Rapporté au nombre d’habitants, le bilan est moins lourd que dans plusieurs pays européens comme la France, l’Italie ou l’Espagne. Les signes de retour à la « normale » se multiplient, notamment en Californie où les tournages de télévision et de cinéma pourront reprendre à partir du 12 juin.

Le virus continue d’inquiéter le Moyen-Orient

En Iran, (8 281 morts pour 171 789 cas déclarés), l’épidémie est loin d’être éradiquée selon le président Hassan Rohani. Il a appelé samedi 6 juin ses compatriotes à « suivre les consignes sanitaires ». Après avoir touché un point bas le 2 mai, l’Iran a enregistré jusqu’à cette semaine une nouvelle hausse de contaminations, dont un record de 3 574 nouveaux cas en 24 heures jeudi 4 juin. Une hausse expliquée, selon les autorités, par une meilleure stratégie de dépistage ces dernières semaines. Sachant tout de même que l’activité économique a en partie repris dans la majorité des 31 provinces. Hassan Rohani a également annoncé de nouveaux assouplissements : les agences de voyages pourront reprendre leur activité à partir du 13 juin pour les Iraniens seulement et les salles de spectacles ainsi que les cinémas devraient, en partie, rouvrir à partir du 21 juin.

En Afghanistan,les autorités s’attendent à « une catastrophe » sanitaire. Officiellement, 20 342 cas ont été détectés parmi lesquels 327 décès ont été répertoriés. Des chiffres largement inférieurs à la réalité selon le gouverneur de Kaboul, Mohammad Yakub Haidary, qui estime qu’un million de personnes pourraient être touchées par le virus rien que dans la capitale.

Les régions ou pays où la pandémie progresse

Le Brésil est devenu jeudi 4 juin le troisième pays qui compte le plus de décès (36 044 pour 676 494 cas recensés selon le dernier bilan) liés à la maladie Covid-19, dépassant ainsi l’Italie. Et le bilan pourrait être bien plus grave alors que les autorités régionales de Santé accusent le gouvernement de Jair Bolsonaro de « rendre invisibles » les morts du coronavirus. Malgré le fait que le Brésil soit considéré comme le nouvel épicentre de l’épidémie, le président d’extrême-droite continue de nier sa gravité. À l’instar des États-Unis, il a menacé de quitter l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dont il dénonce « le parti pris idéologique », et demande une levée rapide des mesures d’isolement ordonnées dans plusieurs zones du pays, arguant que le coût économique du confinement aura de plus graves conséquences que la crise sanitaire. Le maire de Rio de Janeiro a d’ailleurs ordonné une levée partielle et graduelle des règles à partir du mardi 2 juin, qui s’est traduite samedi 6 juin par la réouverture des bars, des restaurants, des centres commerciaux et la reprise de certaines activités sportives.

Ailleurs en Amérique Latine,la pandémie progresse rapidement alors que les pays commencent à se déconfiner. C’est le cas au Mexique, deuxième pays le plus peuplé du sous-continent, qui compte 113 619 cas et 13 511 morts. Même chose au Chili qui connaît une résurgence de l’épidémie après une première phase de déconfinement. Le pays a enregistré samedi un record de 93 morts, ce qui porte le bilan total à 1 541 morts pour 127 745 cas recensés. Le Pérou entend rouvrir ses sites touristiques comme le Machu Picchu à partir du 1er juillet alors que le pays andin compte plus de 5 000 morts, 9 500 personnes hospitalisées, et fait face à une pénurie d’oxygène médical. Enfin, le Panama a dû ordonner un retour du confinement samedi 6 juin dans sa capitale et une province voisine à cause du trop grand nombre de nouveaux cas.

L’Inde a enregistré une hausse record de 9 887 nouveaux cas de contamination samedi 6 juin alors que le pays entame lundi 8 juin son déconfinement.Ce sont les campagnes qui paient le prix fort de cette expansion du virus. Si l’Inde est le sixième plus grand foyer épidémique, son bilan en termes de décès est bien inférieur aux autres pays les plus touchés avec 6 929 morts pour 246 628 cas confirmés. L’épidémie progresse aussi en Russie où 8 984 cas ont été enregistrés samedi 6 contre 8 855 cas la veille pour un total de 467 673 personnes infectées dont 5 859 sont mortes.

L’info santé à retenir

Le verdict très attendu de l’essai clinique britannique Recovery est tombé vendredi 5 juin : l’hydroxychloroquine ne montre « pas d’effet bénéfique ». Cet essai clinique majeur suit une étude controversée publiée dans The Lancet, retirée depuis, qui pointait l’inefficacité de la molécule ardemment défendue par le professeur Raoult en France. Une autre étude du professeur Robert Cohen parue jeudi 4 juin pointela très faible contagiosité des enfants de moins de 15 ans. L’étude, menée sur 600 enfants en Île-de-France, montre que seuls 0,6% des enfants contaminés étaient finalement contagieux.

En France, l’application StopCovid a été lancé mardi 2 juin et elle a dépassé samedi le million d’utilisateurs selon Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique. Elle permet à ceux qui l’ont téléchargé et activé d’être prévenu s’ils ont croisé un autre utilisateur contaminé par le coronavirus au cours des deux dernières semaines. Ses détracteurs craignent qu’elle ouvre la voie à une société de surveillance puisqu’elle garde une trace de tous ses utilisateurs pendant au moins deux semaines.

L’info insolite

En Italie, les glaciers ont rouvert à la faveur du déconfinement. Et l’un d’eux, le « Dolce Passione » de Milan, a décidé de proposer une glace « remède » contre le Covid-19, nommée en référence à la maladie liée au coronavirus. Son effet médical reste à prouver, mais ce qui est certain, c’est que cette glace au chocolat blanc et à la sauce pistache a porté un sacré coup à la morosité des Italiens après deux mois de confinement : en à peine deux heures lors de sa réouverture, le glacier en a vendu quatre kilos et demi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.