Accéder au contenu principal

Espagne: 34 arrestations pour trafic de déchets vers l'Afrique

Des recycleurs de déchets informatiques en route pour le marché Alaba à Lagos au Nigeria (image d'illustration).
Des recycleurs de déchets informatiques en route pour le marché Alaba à Lagos au Nigeria (image d'illustration). BAN
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La garde civile espagnole a interpellé 34 personnes dans les îles des Canaries, Gran Canarie et Tenerife. Ces personnes sont impliquées dans le trafic illégal de déchets de matériel électrique et électronique à destination de plusieurs pays d’Afrique, Sénégal, Ghana, Gambie, Togo, Bénin, Guinée, Sierra Leone et, surtout, Nigeria. Entre 2018 et 2019, 138 transferts illégaux auraient eu lieu.

Publicité

De notre correspondant à Madrid, François Musseau

Moteurs, pièces de rechange de véhicules, appareils électro-ménagers divers et variés, et surtout une quantité considérable d’appareils électriques et électroniques, au total, sur deux ans, au moins 2 500 tonnes de ce type de déchets ont été exportées depuis l’archipel espagnol des Canaries en direction de plusieurs pays africains, le Nigeria en particulier.

Une grosse trentaine de personnes sont impliquées, notamment une Italienne de 62 ans, dont la résidence aux Canaries a été fouillée de fond en comble. L’enquête de la garde civile a permis de conclure que ce qui passait à la douane comme du matériel de rechange était en fait des déchets dangereux. Une fois arrivés dans les pays africains, à en croire les enquêteurs espagnols, ils parvenaient entre des mains d’enfants qui en extrayaient de l’aluminium et du cuivre.

Or, de même source policière, ces déchets sont très dangereux, puisqu’ils contiennent du mercure, de l’arsenic ou du phosphore. En outre, leur mauvaise utilisation libère des gaz contribuant au réchauffement global.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.